Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet

Conclusions du VIIème Congrès mondial

Pastorale des migrants : les grands avantages de la migration

Rome, 20 février 2015 (Zenit.org)

« Les avantages que peuvent procurer les migrants sont bien plus grands que les seuls facteurs économiques et profitent non seulement aux pays d’accueil, mais aussi aux pays d’origine et, dans certains cas aussi, aux communautés de transit », affirment les participants au VIIème Congrès mondial de la pastorale des migrants.

Le Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement publie les conclusions du VIIème Congrès mondial qui a eu lieu à Rome, du 17 au 21 novembre 2014, sur le thème « Coopération et développement dans la pastorale des migrations ».

L’événement a rassemblé 284 participants de plus de 90 pays des cinq continents. Parmi eux, six délégués fraternels, du patriarcat œcuménique, du patriarcat orthodoxe roumain, de l’Église orthodoxe de Grèce, de la Communion anglicane, de la Fédération luthérienne mondiale et du Conseil œcuménique des Églises.

En rencontrant les participants le 21 novembre, le pape François avait plaidé pour que les migrants « participent à la vie de la communauté humaine » où ils vivent, y compris dans l’Église où « personne n’est un étranger ».

Au terme de la rencontre, les participants rappellent que « la dignité humaine de tous les migrants et de chaque migrant est d’une importance primordiale » : « Les variables religieuses, ethniques, sociales ou culturelles, la citoyenneté ou l’absence de celle-ci, ne changent rien à ce fait qui confère à chaque individu une valeur et une dignité intrinsèques et incommensurables où toute vie humaine est et doit être considérée comme sacrée. »

Parmi les recommandations, ils invitent les communautés des Églises particulières à « travailler ensemble pour créer une approche commune et humaine des problèmes et difficultés que comporte la migration ».

Ils plaident aussi pour « intensifier la collaboration entre l’Église d’origine et l’Église d’accueil » et pour que « les programmes de formation des prêtres, des religieux et des agents pastoraux prennent en compte les dimensions théologiques et pastorales des migrations ».

Conclusions du VIIème Congrès mondial de la pastorale des migrants

L’objectif du VIIème Congrès mondial de la pastorale des migrants était de prendre en considération le phénomène des migrations, en accordant une considération particulière aux migrants pour raisons économiques. Toutefois, les participants souhaitaient reconnaître l’existence des flux mixtes de migration, qui peuvent également comporter des réfugiés, des personnes déplacées à l’intérieur de leur pays, des migrants pour raisons climatiques, etc., ainsi que la difficulté qui existe parfois pour distinguer clairement ces mouvements.

À la lumière de l’objectif de cet événement, les participants affirment que :

1. Les migrations continuent d’être un signe des temps, où la centralité de la personne humaine et sa dignité revêtent une importance toujours plus grande.

2. Le développement signifie un processus dynamique, qui implique la croissance, l’évolution et la progression, et dont le but ultime est d’accroître les potentialités humaines, d’élargir la portée des choix humains et de créer un environnement sûr et sain au sein duquel tous les habitants d’un pays peuvent vivre, travailler et pratiquer leur culte avec dignité et égalité aussi bien dans le contexte civil que dans le contexte ecclésial.

3. La dignité humaine de tous les migrants et de chaque migrant est d’une importance primordiale. Les variables religieuses, ethniques, sociales ou culturelles, la citoyenneté ou l’absence de celle-ci, ne changent rien à ce fait qui confère à chaque individu une valeur et une dignité intrinsèques et incommensurables où toute vie humaine est et doit être considérée comme sacrée.

4. Les avantages que peuvent procurer les migrants sont bien plus grands que les seuls facteurs économiques et profitent non seulement aux pays d’accueil, mais aussi aux pays d’origine et, dans certains cas aussi, aux communautés de transit.

5. Le transit de migrants revêt une importance particulière. Il s’agit de bien plus qu’une simple relation entre le départ et l’arrivée des migrants, car c’est aussi une source de bien des difficultés dont les migrants font l’expérience.

6. Il existe une fâcheuse tendance dans les communautés et organisations ecclésiales à travailler isolément, créant ainsi un vide qui peut rendre les migrants vulnérables au niveau de la violation de leurs droits et constituer une source de difficultés pour la mise en œuvre de programmes pastoraux appropriés au sein de l’Église d’arrivée (y compris la proclamation de l’Évangile, la formation à la réception des sacrements, à l’évangélisation et à l’intériorisation des valeurs et des concepts chrétiens).

7. La foi personnelle et la piété populaire des migrants sont une expression de leur expérience personnelle de la foi chrétienne et elles constituent un lien entre l’Église de départ et celle d’arrivée. L’intégration implique ni séparation artificielle ni assimilation, mais elle donne plutôt l’occasion d’identifier l’héritage culturel des migrants, de reconnaître leurs dons et leurs talents en vue du bien commun de la communauté ecclésiale tout entière.

8. Les politiques migratoires modernes tendent à mettre l’accent sur la dimension individuelle d’une décision personnelle d’émigrer, se concentrant davantage sur l’aspect du travail dans la migration plutôt que sur la prise en considération de la famille du migrant. En fait, la politique nationale migratoire est souvent l’une des causes qui se trouve à la base de la séparation familiale et de l’éclatement des relations familiales qui peut s’ensuivre.

9. La famille migrante se trouve souvent dans une situation de déracinement de son lieu d’origine, d’un côté, et, d’un autre côté, de manque d’intégration dans la nouvelle société, ce qui crée une sorte de tension qui exerce une force destructrice à la fois sur les individus qui composent la famille que sur la famille elle-même.

10. Le problème de la séparation familiale, causée par les systèmes de migrations imparfaits, constitue une préoccupation de la plus haute importance pour la pastorale des migrants, en particulier pour les pays qui possèdent une large diaspora.

11. La pastorale des migrants doit prendre en considération la distinction entre la première, la deuxième et la troisième génération, chacune ayant ses propres caractéristiques et ses difficultés spécifiques.

12. Les femmes migrantes ne peuvent pas être uniquement reconnues aujourd’hui comme des personnes dépendantes, comme une partie du processus de réunification de la famille, mais comme des personnes indépendantes, qui soutiennent et font vivre la famille. La migration peut constituer une occasion et un instrument importants pour renforcer l’autonomie des femmes.

13. Les jeunes migrants ont besoin d’un environnement social qui permette et favorise leur développement physique, culturel, spirituel et moral.

14. Il existe trois domaines dans lesquels les jeunes migrants peuvent jeter de façon dynamique des ponts entre les sociétés, là où ils s’engagent avec les gens auprès desquels ils vivent et travaillent : dans leurs relations avec les autres, dans leur éducation et dans leur vie de travail.

15. Les sectes continuent de croître et représentent un défi particulier pour la pastorale des migrants, en particulier à l’égard des jeunes générations.

16. Dans le contexte plus large de la migration, où la très grande majorité des migrants de l’époque contemporaine ne sont ni catholiques ni chrétiens, la coopération œcuménique et la coopération interreligieuse sont de la plus haute importance.

Recommandations

Les participants, compte tenu des conclusions tirées du VIIème Congrès Mondial, souhaitent déclarer leur engagement à mettre en œuvre les recommandations suivantes :

1. Les communautés des Églises particulières doivent travailler ensemble pour créer une approche commune et humaine des problèmes et difficultés que comporte la migration (ce qui peut inclure de travailler avec les Conférences épiscopales, les Gouvernements, les Organisations non gouvernementales et les communautés confessionnelles ; pour protéger les droits des migrants et pour empêcher le trafic des êtres humains, leur exploitation et d’autres crimes semblables. Amplifier le travail au sein des réseaux sociaux (qui commence par un simple échange de coordonnées, comme les adresses mail, les numéros de téléphone, les contacts Skype et les adresses des agents pastoraux) peut renforcer une pastorale plus large et étendue.

2. Ceux qui sont chargés de la mission d’enseignement au sein de l’Église devront s’efforcer d’élargir la connaissance et la compréhension du magistère de l’Église en matière de migration qui, à son tour, a la capacité de faire passer de la théorie à la pratique au niveau local.

3. Les pasteurs de l’Église doivent parler d’une seule voix en matière de migrations. L’Église est une voie prophétique pour l’intégration des migrants dans des communautés d’accueil, en gardant bien présente à l’esprit l’universalité de la communauté ecclésiale catholique, qui implique une approche pastorale plus complète et qui va au-delà du seul aspect caritatif.

4. L’Église peut faire un meilleur usage des médias pour faire avancer les droits des migrants. La prise de conscience au niveau de la paroisse locale, l’encouragement à voter pour la justice et l’égalité, la création de centres d’études et de publications ont la capacité de changer l’information sur les migrations. L’opinion publique doit être correctement informée sur la véritable situation des migrants, pas seulement dans le pays d’accueil, mais aussi dans leur pays d’origine.

5. Étant donné que le phénomène des migrations irrégulières est une des causes de l’exploitation du travailleur migrant et de sa famille, les fidèles doivent se faire les tenants de politiques gouvernementales d’immigration plus justes et plus inclusives, qui viennent en aide aux migrants dans leur recherche de travail et de meilleures conditions de vie, qui sauvegardent le rôle de la famille et des femmes, tout en prévenant l’exploitation et/ou le trafic de travailleurs migrants et d’autres formes d’abus.

6. L’Église, à tous les niveaux, est une communauté d’espoir et d’action, qui s’exprime à travers la solidarité avec les migrants, par leur défense en étant à leurs côtés (en particulier des enfants et des mineurs non accompagnés), à travers une prise de conscience de la part des fidèles qui conduit à un engagement concret, en s’efforçant de réduire les causes profondes des migrations forcées, et en aidant les migrants à se procurer de la nourriture, un logement, des soins médicaux et une assistance légale, quel que soit leur statut.

7. L’Église du lieu d’origine, l’Église du lieu de transit et l’Église d’accueil doivent renforcer leur communication et leur communion et travailler ensemble pour mettre en œuvre des programmes de prévention, organisés entre les Conférences épiscopales respectives.

8. La collaboration entre l’Église d’origine et l’Église d’accueil doit être intensifiée, en particulier en ce qui concerne les deux premières générations de migrants. A travers la préparation d’agents pastoraux et sociaux capables de servir de ponts entre les deux réalités, cette collaboration requiert un dialogue entre les deux cultures et de prendre en compte les problèmes spécifiques à chaque génération.

9. Tous les agents pastoraux au service des migrants doivent garantir que la voix des migrants est entendue, ce qui facilite ainsi la défense de leur cause. L’Église doit garantir que leurs histoires soient reconnues et appréciées à leur juste valeur.

10. Les programmes pastoraux diocésains et les initiatives concernant les jeunes migrants doivent se concentrer sur leur formation intégrale, dont une partie inclut la formation leur permettant de devenir des intermédiaires actifs entre leur culture d’origine et celle du pays dans lequel ils vivent désormais. Il faudra mettre l’accent sur le respect de la culture de chacun, nécessaire en vue d’une meilleure compréhension mutuelle.

11. Les programmes pastoraux diocésains peuvent envisager de fonctionner avec les écoles de vocations locales pour initier des programmes certifiés pouvant reconnaître et procurer l’accréditation nécessaire aux jeunes migrants, de sorte que l’apport de leurs compétences et de leurs talents puisse, à leur tour, être une occasion de contribuer au développement de leur pays d’origine à leur retour.

12. Les programmes de formation des prêtres, des religieux et des agents pastoraux doivent prendre en compte les dimensions théologiques et pastorales des migrations. En conséquence, la formation aussi bien du clergé que des laïcs requiert une formation interculturelle, une connaissance, un entraînement au dialogue et l’appréciation du potentiel des migrants, qui inclut leur rôle dans la Nouvelle Évangélisation. Au niveau local, cela s’exprime par la nécessité de la formation de médiateurs culturels, qui sachent parler la langue et qui comprennent la culture des migrants et l’expression de la foi qu’ils apportent avec eux.

13. La présence et le rôle des Associations et des Mouvements ecclésiaux laïcs, dont les structures ont l’avantage d’œuvrer dans un contexte différent (et parfois plus souple) que les structures ecclésiales formelles pour la pastorale des migrants, doivent être renforcés et intensifiés.

14. Chaque Conférence épiscopale catholique ou toute structure hiérarchique correspondante au sein des Églises orientales s’engage à établir un organe particulier (bureau, commission, sous-comité) qui serait spécifiquement en charge de la pastorale des migrants. Cela pourrait constituer une étape dans l’édification d’un meilleur réseau entre les Églises. Le Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, pour sa part, pourrait être le point de référence commun ou le lieu de coordination de cette pastorale spécifique.

(20 février 2015) © Innovative Media Inc.


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site