Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet
Accueil > À la Une > L’Église et le Pape > Synode sur la famille > Retour des consultations en paroisses

Centre Spirituel Manrèse - Secteur couples

Notre activité d’accueil de couples avant ou après le mariage nous conduit à porter un regard attentif et à travailler les différents textes issus du synode sur la famille 2014. En effet, notre activité nous amène à accueillir chaque année plus de 1400 personnes vivant en couple ou envisageant le mariage.
Nous souhaitons ici témoigner des convictions et de la pédagogie à partir desquels se construisent nos propositions, nous interroger sur comment mieux faire, dans l’esprit des questions posées par le document, en étant lucide sur nos freins, nos limites. Nous joignons en annexe, un descriptif de nos différentes sessions et retraites pour couples ainsi que quelques données chiffrées sur notre activité.
Liminaire : notre cadre, le Centre Spirituel des jésuites en Île-de-France
Quelle que soit l’activité proposée à Manrèse, la démarche s’inspire des Exercices Spirituels de St Ignace de Loyola, y compris dans le secteur couple. Pour Ignace, “ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui rassasie et satisfait l’âme, mais de sentir et goûter les choses intérieurement”. Ainsi, nous invitons à relire leur histoire personnelle et de couple, à mettre des mots dessus, plutôt qu’à recevoir de longs enseignements. Les animateurs, un jésuite ou prêtre diocésain, et un couple, transmettent des éléments issus de la tradition de l’Église, bibliques et théologiques, ainsi que des témoignages de vie, afin d’ouvrir à la relecture, et de donner le goût à chacun de puiser dans les trésors de l’Église – en indiquant des lieux supports. La grande diversité des couples accueillis, au regard de leur lien à l’Église, exige un respect du cheminement et de la liberté de chacun.

1. Comment mettons-nous déjà en œuvre l’appel à accompagner les couples et les familles ?

Nos convictions
-  Dieu nous parle à travers ce que nous vivons : nous cherchons à éviter toute tentation d’idéalisation de la famille, attendue parfois par certains. Il est essentiel de partir de ce que nous sommes, de ce que nous vivons, pour y découvrir la présence du Seigneur, car c’est dans le réel que Dieu vient à notre rencontre.
Ceci exige de respecter les situations de vie des personnes accueillies, tout en se conformant aux exigences de l’anthropologie chrétienne.
-  Afin de soutenir les familles, nous insisterons sur la relation conjugale, socle de la famille, avec la conviction qu’une parentalité heureuse s’appuie sur un couple heureux. Or la relation conjugale a besoin d’un temps spécifique pour se nourrir, un temps à deux de pause, à l’écart, un temps d’échange et de silence.
-  La préparation au mariage chrétien est pour beaucoup une découverte ou redécouverte de l’Église. Nous espérons proposer un cadre respectueux, en nous situant en vérité, afin de donner le goût de mieux connaître la vie de l’Église, et de proposer un cadre où puisse se vivre une rencontre avec le Seigneur. Ceci est une exigence tant au niveau matériel qu’humain, afin de proposer un lieu porteur de confiance, pour libérer la parole, créer les conditions d’un dialogue au sein du couple, soutenir ceux qui sont en difficulté, proposer des chemins de pardon.
-  Pour tous les week-ends, nous proposons aux participants et aux animateurs, de vivre cette expérience avec « un cœur large et généreux » en osant la confiance, en ayant un parti pris de bienveillance.
-  L’animation est portée par un prêtre et un couple. Les différents états de vie se complètent afin de proposer des enseignements issus de la tradition de l’Église et de la spiritualité ignatienne, ainsi que des témoignages de vie. L’expérience ainsi partagée n’est ni celle de l’expert, ni celui du modèle. Elle souhaite mettre des mots sur la joie d’un chemin mais aussi ses difficultés, ses pièges, et ce qui a permis de les dépasser.
-  Nous souhaitons accueillir tous les couples qui ont un désir de découvrir le mariage chrétien ou approfondir cette connaissance, sans à priori et sans jugement. Nos week-ends accueillent des personnes ayant des liens avec l’Église et des chemins de foi très variés. Très souvent, l’un des membres du couple, parfois les deux, n’en ont aucun. Il faut les accueillir ainsi et respecter le chemin de chacun. Les aider à avancer, de là où ils sont pour aller là où leur discernement les conduit – et pas forcément là où l’animateur l’imagine.

Notre pédagogie

Dans le monde contemporain, la vie de couple et de famille est un défi. Nous souhaitons aider ceux qui souhaitent le relever en proposant des outils, des témoignages, un lieu, un cadre.
Notre pédagogie est une pédagogie de l’incarnation : nous avons ainsi pour objet d’accompagner avant d’éduquer, de prendre les personnes là où elles en sont, les aider à découvrir ce qui est bon, ce qui fait l’essentiel, le sens et la cohérence de leur vie, et comment y lire Dieu à l’œuvre. Aussi, si nous proposons des repères, chacun est invité à se les approprier, à les adapter à ce qu’il ou elle vit, en les recevant comme des balises pour aider à vivre dans la joie.
Cela se vit en trois temps
-  Un temps bref d’enseignement où se conjuguent des éléments théologiques, bibliques ecclésiologiques, et parfois philosophiques, dans un langage adapté au public reçu, avec des illustrations dans la vie quotidienne.
-  Un temps de relecture personnelle, avec l’aide d’un questionnaire en lien avec les interventions, afin de permettre l’émergence d’une parole en « je » et de noter par écrit ce qui vient. En effet, le travail de l’écriture prend une place importante afin de construire une parole personnelle, puis à deux.
-  Ensuite, une invitation à un temps en couple pour échanger à partir de la relecture personnelle, dans un climat d’écoute et de bienveillance mutuelle, qui favorise l’échange en profondeur dans le couple.
Les animateurs sont disponibles si la présence d’un tiers se révèle utile. Dans la mesure où nous souhaitons permettre aux couples de vivre une expérience personnelle et conjugale, au sein de chaque couple, nous ne proposons pas un accompagnement systématique.
Selon les week-ends, un ou plusieurs temps d’échange en groupe sont proposés, éventuellement des temps de partage avec une séparation homme/femme par exemple.
La place du pardon est présente dans presque tous les week-ends, car nous le vivons comme le moteur de la fidélité, pardon partagé au sein du couple selon des formes variées, ou pardon reçu de façon sacramentelle.
Nous souhaitons faire un lien entre l’amour conjugal et l’amour du Seigneur pour nous. L’anthropologie chrétienne est ainsi proposée à la façon d’une reconnaissance : reconnaissance d’un chemin qui est le nôtre et qui est retraversé lors des différentes relectures, et où nous faisons l’expérience que le Seigneur nous accompagne, malgré ou au cœur même des difficultés ; reconnaissance comme action de grâce pour tout ce qui est reçu et partagé.
Enfin, un temps de relecture, accompagné d’un document d’évaluation, est systématiquement proposé aux participants et aux animateurs au terme de la session. Ce temps de partage entre les couples, fait office de solidarité entre les membres d’une communauté ecclésial temporaire. Cela sert de base de travail à l’équipe d’animation du secteur- équipe constituée de six couples et un jésuite.
Nos propositions
Nous accueillons des couples qui s’interrogent quant à l’avenir de leur relation, qui cherchent à fonder leur amour sur l’Alliance de Dieu. Les sessions se font sur le temps d’un week-end et rassemblent une quinzaine de couples.

I/ Avant le mariage

Une réflexion sur l’engagement : Est-ce bien lui, est-ce bien elle ? (cf §26, 41, 42,43)
Une majorité des couples vivent ensemble avant de se marier, voire pour certains avant même d’avoir un réel projet commun de vie. Une situation parfois subie, comme le souligne la Relatio Synodi, mais aussi une réalité sociale. Depuis deux ans, Manrèse invite des couples qui vivent ensemble mais ne sont pas mariés, à faire le point sur leur relation.
La préparation au mariage des fiancés qui sont décidés à se marier dans l’Eglise : En vue d’un mariage chrétien (cf§39)
Ce parcours propose une réflexion sur les fondements anthropologiques et spirituels du mariage chrétien. À travers les échanges en couple et la prière, chaque couple accueille ce fondement qui vient de l’amour du Christ. Nous recevons aussi de nombreux couples qui ont le projet de vivre dans l’esprit du mariage chrétien, alors même que l’un des futurs conjoints n’est pas croyant, ou alors qu’il est de religion différente. Nous nous efforçons d’accueillir avec bienveillance et humilité ces histoires dans lesquelles l’Esprit est également à l’œuvre.

II/ Après le mariage

La construction du couple : Repères pour construire son couple (cf §40)
Les premières années du mariage sont essentielles dans la construction d’un équilibre conjugal et familial harmonieux. Cette session est donc proposée aux couples ayant de 6 mois à 5 ans de mariage et propose de revisiter en présence de Dieu le chemin parcouru, les joies, les tensions, pour certains le bouleversement causé par l’arrivée d’un ou plusieurs enfants. La dimension du témoignage d’un couple animateur plus âgé faisant part de son expérience, de ses difficultés et de ses joies est là encore essentielle.

Se redire oui en Dieu
Les personnes évoluent et avec elles, le lien conjugal ; parfois, il peut être nécessaire de revenir à la source et au fondement de l’engagement. C’est ce que propose cette session : d’accompagner des personnes qui souhaitent se poser pour prendre soin de leur couple, renouveler et approfondir l’engagement et la promesse vécus dans le sacrement du mariage, mais aussi ceux qui peuvent être en difficulté.

L’importance de la vie familiale : Repères pour être des parents heureux (§60,61)
Cette session récente (depuis 2013) est née du constat que beaucoup de parents se trouvent démunis et en perte de repères pour éduquer leurs enfants dans un environnement et une société changeants (évolution de la technologie, des repères éthiques, poids de l’influence médiatique, des réseaux sociaux …). Le chemin de réflexion proposé est de revisiter sa propre éducation, de prendre conscience des différentes composantes de sa relation avec ses enfants, de percevoir la meilleure manière d’exercer son autorité, et de se sentir légitime à exercer cette autorité, dans la mesure où elle va de pair avec un discernement des chemins pour faire grandir ses enfants et en faire des hommes et des femmes libres et capables d’aimer.

La spiritualité du couple : Vivre sa foi en couple (§40)
La foi et la prière sont des composantes intimes de l’âme humaine dans sa relation à Dieu. Ce parcours est proposé aux couples qui souhaitent approfondir la dimension spirituelle du lien conjugal, prendre du temps pour écouter la Parole de Dieu, prier seul et à deux, découvrir de nouvelles formes de prière adaptées à la vie conjugale ou familiale au point où elle en est, et recevoir un enseignement sur la foi. Découvrir ou redécouvrir que la présence de Dieu ne se limite pas aux temps de prière et aux sacrements, mais fait partie de la vie quotidienne, dans la vie sociale, comme dans la vie professionnelle et les engagements.
Une étape décisive de la vie du couple : Vivre à deux la retraite professionnelle
Le départ en retraite se voit souvent associé à des situations de vie bouleversantes pour un couple, et qui peut parfois le fragiliser : le départ des enfants, le changement des rythmes, parfois des problèmes de santé. La session propose une réflexion sur ce virage et un nouveau projet à construire en le fondant en Dieu. Le parcours permet de relire sa vie de couple, ses fécondités, les crises passées et les pardons afin de se projeter dans ce nouvel avenir de couple.

III/ La nécessaire écoute et l’accueil de situations de souffrance dans la vie du couple

L’impossibilité de donner la vie : Lorsque l’enfant ne paraît pas
L’impossibilité physiologique d’avoir des enfants est une réelle souffrance et peut être source de graves conflits conjugaux, voire de séparations. Le week-end apporte quelques éléments de réflexion et des pistes pour, si possible, mieux vivre et traverser cette épreuve. Le développement des techniques biomédicales (PMA) pose question plus particulièrement à ses couples, nous souhaitons leur donner des éléments pour leur discernement, et de découvrir d’autres formes de fécondités que celle d’avoir des enfants.

L’accueil des personnes séparées et divorcées : Séparé(e), divorcé(e) : se reconstruire (§47)
Dans la ligne de ce qu’évoque le paragraphe 47 de la Relatio Synodi, il s’agit d’un accompagnement personnel de la souffrance vécue et non d’un accompagnement dans la reconstruction d’un couple. Les personnes qui ont subi une séparation, un abandon, un divorce, des mauvais traitements de la part d’un conjoint violent ont souvent perdu confiance en elles, se sentent jugées, perdues, indignes de l’amour de Dieu. C’est encore par l’expérience vécue que l’écoute de l’animateur est la plus active et permet d’ouvrir des voies de vie et de reconstruction de la personnalité.

2. Qu’aurions-nous envie de faire pour aller plus loin ?

Le travail des documents du synode de la famille nous a conduit à nous interroger sur comment mieux accueillir les couples et les familles, et en particulier ceux qui sont blessés.
-  Mieux accueillir ceux qui viennent
Avant même de s’interroger sur comment s’ouvrir davantage, il nous faut réfléchir à ceux qui nous accueillons déjà. En particulier : quelles attentions particulières développer pour les couples en crise ? Faut-il les adresser à des conseillers conjugaux référencés par exemple ? Mais aussi comment honorer la demande de partage entre couples de ceux qui se sentent en minorité dans la société, alors que nous favorisons les échanges au sein du couple ? Faut-il penser un temps d’échange en particulier pour les week-ends de préparation au mariage ?
La lecture du document du synode nous invite à réfléchir sur la place du pardon et de la miséricorde reçue et partagée dans nos différentes sessions.
-  S’adresser à de nouvelles populations
Nous nous interrogeons sur la manière d’accueillir au mieux les personnes divorcées ou séparées, qui élèvent seules des enfants. L’expérience des week-ends récents, « Repères pour être des parents heureux », nous a montré qu’il y avait ici une réelle attente, tant les parents sont confrontés à une société qui ne facilite pas la tâche éducative, et que, par ailleurs, ces parents manquent parfois eux-mêmes de repères. La question de l ‘accueil des personnes seules se pose avec d’autant plus d’acuité que leur tâche est souvent rendue plus difficile par la séparation et ses conséquences.
Les couples mariés civilement depuis un certain temps qui envisagent le mariage chrétien. Nous recevons ces couples avec les fiancés, ou dans les week-ends « se redire oui… », mais la question d’un éventuel accueil spécifique se pose eu égard à leur expérience de vie, et à la reconnaissance de la valeur du mariage civil.
De même se pose la question de comment transmettre l’enseignement de L’Eglise à des chrétiens qui souvent s’en sont éloignés dans leur pratique (chasteté avant le mariage, régulation des naissances, pratique des sacrements pour les divorcés remariés).
Une plus grande diversité. Jusqu’à très récemment, nos week-ends étaient principalement connus par le bouche-à-oreille : nous ne communiquions pas particulièrement, car nos week-ends sont en général remplis avec des listes d’attente. L’utilisation d’internet nous amène progressivement à recevoir un public plus diversifié en termes sociaux et culturelles. La question de l’adaptation de nos propositions se pose donc.
-  S’ouvrir à de nouvelles problématiques
Le travail des documents d’évaluation de nos propositions nous permet de réfléchir à de nouvelles problématiques. La question de la parentalité, abordée dans les week-ends « Repères pour être des parents heureux » correspond à une réelle attente. La question se pose de proposer plusieurs déclinaisons, pour parents de jeunes enfants, pour parents d’adolescents, pour parents en difficulté – par exemple, nous avons été sollicités par des parents d’enfants ayant déclaré leur homosexualité, et qui se sentaient en grande difficulté.…
De même, nous souhaitons prêter attention aux situations de couples qui vivent ensemble sans avoir de projet particulier et qui souhaitent prendre un temps pour faire le point et envisager l’avenir de leur couple. Ceci est déjà abordé dans les sessions « est-ce bien lui ? est-ce bien elle ? » que nous souhaitons renforcer et multiplier.
Les questions que nous abordons lors de la session Quand l’enfant ne parait pas… doivent évoluer en fonction des problématiques sociétales actuelles avec la très grande difficulté d’adopter un enfant en France, et les propositions de procréation médicalement assistée (PMA) auxquels les couples sont confrontées très rapidement dans ce cas-là.
-  Se former pour animer en fidélité à l’enseignement du Christ ( §11, 17, 4 ?, 21, 22)
Nous avons été très sensibles à l’importance accordée au fait de « partir du Christ ». Il s’agit également de développer notre connaissance des textes d’Église afin que nous puissions, par des mots simples et accessibles aux non-initiés, transmettre à ceux que nous recevons à Manrèse encore davantage le désir de les connaître et de les comprendre.
Nous posons par-là la question de la formation de nos animateurs : comment les aider à approfondir leur relation au Christ, pour qu’ils se laissent guider par Lui dans leur vie comme lors de l’animation des week-ends. De même, le développement d’une familiarité avec les textes d’Église, afin de les comprendre et de savoir transmettre ce qui en fait le cœur. Enfin, nous devons mieux connaitre les lieux d’Église vers lesquels nous pouvons envoyer les couples participants qui souhaitent approfondir ce chemin de connaissance. Ce souci des animateurs des week-ends pour couples nous incite à développer le sentiment d’appartenance à une communauté d’Église en créant des occasions de partage et de fraternité.

3. Quelles sont nos difficultés et nos freins ?

Les listes d’attente : nous aimerions accueillir tous ceux qui frappent à notre porte mais cela n’est pas possible et les week-ends ont souvent des listes d’attente. Ce phénomène est particulièrement vrai des week-ends de préparation au mariage car il y a en général la date butoir du mariage. La question se pose de proposer des week-ends avec plus de participants.
-  Le respect et l’ouverture dans la fidélité
Les couples accueillis ont souvent un rapport très varié à l’Eglise, que ce soit au sein des couples ou entre les couples participants à un même week-end. Il y a une difficulté pour les animateurs à respecter le chemin de chacun sans verser dans le relativisme, et à proposer les exigences évangéliques sans manquer d’hospitalité. Nous souhaitons former les animateurs pour faire face à cette double difficulté, et notamment prendre en compte les personnes croyantes d’autres religions.
-  Mieux connaître l’environnement ecclésial local
Le document du synode invite à creuser le désir, nous souhaitons pouvoir proposer aux couples des lieux d’Église qui vont soutenir leurs questionnements, et leur désir d’approfondir leur vie de couple avec le Seigneur. A cette fin, il nous semble pertinent de mieux connaitre notre environnement ecclésial, mais aussi des personnes ou des lieux ressources pour des difficultés conjugales particulières.
-  La question financière ?
La question financière est d’actualité pour les couples qui viennent, notamment les couples mariés avec plusieurs enfants à charge. De même, pour les animateurs qui doivent faire garder leurs enfants. La question de la solidarité se pose. Elle est déjà vécue au sein de la maison, qui cherche à accueillir dans les meilleures conditions en veillant à un équilibre budgétaire sain. Mais le coût a un impact sur le public.
-  L’attente d’une parole d’Église pour nous guider par rapport aux situations « périphériques »
Notre activité nous permet d’entendre les souffrances de personnes en marge de l’Église. Nous pensons en particulier aux couples où l’un est divorcé remarié, ou aux personnes homosexuelles. Nous sommes ici en attente de paroles d’Église afin de nous situer au mieux.

Conclusions

Nous nous réjouissons de cette réflexion sur la famille qui nous a conduits vers le cœur, l’essentiel de ce qui soutient nos propositions : le désir de permettre à chaque couple de construire une alliance, une histoire sainte. L’invitation à nous tourner vers le Christ et à fonder nos travaux sur ce désir de mieux se laisser guider par son Esprit a résonné en chacun de nous et parmi nous.
Plus qu’un bilan, nous avons été amené à interroger le sens de notre démarche, comment elle peut répondre aux demandes de nos contemporains et de l’Eglise. Nous attendons les fruits du prochain synode afin de poursuivre notre réflexion et de la traduire en actes. Nous sommes heureux de nous associer à une démarche de l’Église universelle, et espérons avoir l’occasion d’échanger avec d’autres afin d’enrichir ce travail. Nous espérons contribuer ainsi à la tâche évangélique, très modestement, mais remplis d’espérance.

Le 13 mars 2015
Pour l’équipe d’animation du secteur couple

Père François-Xavier Levan s.j.
Marc et Anne Mortureux

Annexes
1. Descriptif des propositions
2. Quelques données chiffrées sur l’activité du secteur couples de Manrèse
Annexe I LE SECTEUR COUPLE DE MANRESE

Accompagner les couples à Manrèse

Manrèse est le Centre spirituel jésuite en Ile-de-France. Il a été fondé en 1876. Situé à Clamart (92), en bordure de la forêt de Meudon, dans la banlieue sud-ouest de Paris, il offre un espace privilégié de calme et de ressourcement à deux pas de la capitale.
Venir à Manrèse… pour vivre une expérience
Quelle que soit l’activité proposée à Manrèse, notre démarche s’inspire des Exercices Spirituels de St Ignace de Loyola. Pour Ignace, “ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui rassasie et satisfait l’âme, mais de sentir et goûter les choses intérieurement”. Aussi chacun est invité à vivre une expérience, à la relire, à mettre des mots dessus, plutôt qu’à recevoir de longs enseignements.
Manrèse, un lieu pour les couples
Que ce soit avant de s’engager dans le mariage, ou par la suite, Manrèse propose des sessions particulièrement destinées aux couples, systématiquement co-animées par un prêtre et un couple marié.
Avant le mariage, deux sessions : l’une très récente, « Est-ce bien lui, est-ce bien elle ? », l’autre, « en vue du mariage chrétien », plus classiquement connu sous le nom de « week-end fiancés », existe depuis plus de 35 ans - soit plus d’une génération. Enfin, d’autres propositions sont choisies individuellement : il s’agit des sessions « Repères pour décider » ou « Prendre une décision dans la foi », qui sont ouvertes à toute personne confrontée à une décision majeure à prendre dans leur vie.
« Est-ce bien lui, est-ce bien elle ? » : Un week-end pour des couples qui vivent ensemble et qui n’ont pas pris la décision de se marier…Discerner si on est fait l’un pour l’autre pour cheminer vers une décision. Proposition très récente qui répond à la demande de couples établis en cohabitation.

« En vue du mariage chrétien » : Chercher et trouver les traces de Dieu dans la vie du couple, approfondir l’expérience de l’amour humain comme chemin de l’amour de Dieu. Ces deux jours s’adressent à des fiancés croyants ou en recherche par rapport à la foi chrétienne, désireux de célébrer leur mariage dans l’Eglise. Des temps brefs d’enseignement d’anthropologie chrétienne, de théologie ou d’enseignement biblique, alternent avec de grands moments, où, d’abord seul, puis en couple, chacun est invité à relire ce qu’il vit et désire. Il faut prévoir l’inscription très en amont car ces week-end sont en général complets, souvent avec des listes d’attente
Après le mariage, les sessions sont liées aux différents temps du couple (jeunes mariés, arrivée des enfants, le temps de la retraite etc.), à des thématiques spécifiques (vivre sa foi, infertilité etc.) ou encore tout simplement pour se poser à l’écart, se retrouver à deux. La pédagogie est similaire à celle des week-ends « en vue du mariage chrétien » avec alternance de temps d’enseignement, de temps seul ou à deux, et parfois de temps d’échange, de partage ou de prière en petits groupes. Ainsi les enseignements peuvent rappeler la position de l’Eglise sur tel ou tel sujet, des éclairages bibliques, spirituels ou anthropologiques peuvent être donnés, mais ils sont toujours rapportés à l’expérience vécue de chacun, et des deux personnes qui constituent le couple.

« Repères pour construire son couple » ( pour des couples qui ont entre 6 mois et 5 ans de mariage ) : quelques interventions d’ordres spirituel et psychologique, alternent avec des moments de dialogue à deux, des échanges et des temps de réflexion et de prière, pour permettre à de jeunes couples de ressaisir devant Dieu le sens de leur engagement.

« Se redire ’oui’ en Dieu » : Pour des couples qui veulent faire le point sur leur vie à deux. La redynamiser ou tout simplement prendre du temps ensemble. Il s’agit de faire mémoire de sa vie de couple, de réfléchir à ses équilibres de vie et d’actualiser son projet de couple dans la perspective de la grâce du sacrement de mariage. Une large place est faite à la réflexion personnelle et au dialogue à deux.

« Repères pour être des parents heureux » : Pour des parents mariés qui désirent faire le point sur leur relation à leurs enfants. Il s’agit de se souvenir de ses enfants devant Dieu, de percevoir la meilleure manière d’exercer son autorité à leur égard, de discerner les chemins pour les faire grandir comme êtres humains et enfants de Dieu.

« Vivre à deux la retraite professionnelle » : Pour jeunes retraités, au moment où un virage, une nouvelle vie est à construire à deux, en fondant son projet en Dieu. Relire sa vie de couple, ses fécondités, ses crises passées et ses pardons, afin de se projeter dans l’avenir en trouvant des énergies nouvelles dans une cohérence qui fait sens.

« Lorsque l’enfant ne paraît pas » : alors qu’il semble si naturel d’avoir ou de « faire » un enfant un certain nombre de couples souffrent de ce qui se présente à eux comme l’échec de leur désir d’enfant et de la construction d’une famille. Ce week-end apporte quelques éléments de réflexion pour mieux se situer, pour comprendre la position de l’Église et si possible, trouver sa propre façon de vivre cette épreuve.

« Vivre sa foi en couple » : Pour des couples qui souhaitent approfondir leur foi et la vivre à deux : se poser, écouter la Parole de Dieu, la prier seul(e) et en couple. Une large place est faite à l’expérience de la prière et au partage de cette expérience en couple et en groupe.

Enfin, pour ceux qui ont vécu la séparation ou le divorce le Centre Manrèse propose « Séparé(e), divorcé(e) : Se reconstruire ! », une session construite autour de plusieurs questions : comment rééquilibrer mon existence ? Comment redonner sens à ma vie ? Vivre c’est aimer : qu’est-ce que cela veut dire maintenant. Comment sortir de la souffrance ? L’Église semble m’exclure. Quels chemins ouvrir ?
À noter qu’il n’y a pas de session spécifique pour les familles. L’accent a été mis d’abord sur le couple, afin de proposer un lieu de soutien et de discernement, avec la conviction que ce qui aide une famille à grandir est lié à la qualité du lien conjugal. D’autres lieux ignatiens permettent aux familles de vivre un temps de ressourcement intergénérationnel.

Annexe 2 : Manrèse et les couples - Quelques chiffres

Annuellement :

-  environ 30 week-ends « en vue du mariage chrétien »
-  3 week-ends « est-ce bien lui, est-ce bien elle ? »
-  3 week-ends « Repères pour construire son couple »
-  6 week-ends « Se redire ’oui’ en Dieu »
-  2 week-ends « Repères pour être des parents heureux »
-  2 week-ends « Vivre sa foi en couple » :
-  3 week-ends « Vivre à deux la retraite professionnelle »
-  1 week-end « Lorsque l’enfant ne paraît pas »
-  1 week-end « Séparé(e), divorcé(e) : Se reconstruire ! ».

Soit plus de 50 week-ends par an à destination de personnes vivant ou ayant vécu en couple.

Plus de 850 participants aux week-ends avant le mariage, au total plus de 1600 personnes par an

Et par ailleurs
-  8 week-ends « Repères pour décider »
-  11 retraites de 5 jours : « Prendre une décision dans la foi »
-  2 week-ends « Repères pour temps d’épreuve »

Soit une vingtaine de propositions autres qui peuvent aider des couples.

Au total plus de 70 propositions par an, au service des couples et des familles.


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site