Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet

Fiche : L’ambon

« La dignité de la Parole de Dieu requiert qu’il existe dans l’église un lieu qui favorise l’annonce de cette Parole et vers lequel, pendant la liturgie de la Parole, se tourne spontanément l’attention des fidèles » (PGMR, § 272).
Le terme vient du grec « anabaïnein », « monter », car l’ambon, placé à l’entrée du chœur, est surélevé afin d’être vu de tous. Alors que l’autel est la table de l’Eucharistie, l’ambon est celle de la Parole : la messe se déroule entre ces deux lieux principaux. À l’ambon sont proclamés les lectures - et en particulier l’Évangile - l’homélie, la prière universelle et l’exultet de la nuit pascale (PGMR, §272).
On distingue l’ambon du lutrin (de lectorinum, meuble pour poser un livre) utilisé par le prêtre qui préside ou l’animateur de chant. Le lutrin est plus simple ; il n’est que fonctionnel. L’ambon, lui, par la manière dont il est construit et décoré, montre l’importance que l’on attache, dans la célébration de la messe, à l’écoute de l’Écriture Sainte.

 

Dans le chœur de l’église : l’ambon et l’autel

L’Église a toujours vénéré les divines Écritures, comme elle l’a toujours fait aussi pour le corps même du Seigneur, elle qui ne cesse pas, surtout dans la sainte liturgie, de prendre le pain de vie sur la table de la Parole de Dieu et sur celle du corps du Christ pour l’offrir aux fidèles.
Concile Vatican II, Dei Verbum, § 21

“Proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, mais avec une grande patience et avec le souci d’instruire”.
(2 Timothée 4, 2).

Qui peut proclamer la Parole de Dieu ?

« Les fidèles ne refuseront pas de se mettre avec joie au service du peuple de Dieu, chaque fois qu’on leur demande d’exercer un ministère particulier dans la célébration ». La Présentation Générale du Missel Romain (PGMR), au paragraphe 62, insiste sur les services qui sont à rendre par les fidèles au cours de la célébration de l’eucharistie. Elle prévoit même que certains d’entre eux soient « institués » lecteurs ou acolytes (pour lire les lectures ou pour servir la messe), c’est à dire qu’ils reçoivent cette mission de l’Église de manière officielle et permanente, comme cela s’est d’ailleurs fait dans les premiers siècles de l’histoire de l’Église.

Si, à l’heure actuelle, dans nos paroisses, la fonction de lecteur est plutôt occasionnelle, il n’en reste pas moins que la lecture doit être faite avec clarté. La PGMR ajoute, au paragraphe 66 : « Pour que les fidèles, à l’audition des lectures divines, conçoivent un amour savoureux et vivant pour la Sainte Ecriture, il est nécessaire que les lecteurs, exerçant un tel ministère, même s’ils n’en ont pas reçu l’institution, y soient vraiment aptes et soigneusement préparés ». La Parole de Dieu est faite pour être proclamée à haute voix et entendue par toute l’assemblée : il convient de la lire lentement, distinctement et suffisamment fort, en ayant pris soin de placer le micro à la hauteur de sa bouche.

Par ailleurs, en saluant l’autel avant de se présenter à l’ambon, le lecteur montre qu’il se met au service du Seigneur, proclamant une parole qui n’est pas la sienne et qui le dépasse. C’est pourquoi, également, il utilise le lectionnaire déjà placé sur l’ambon et n’apporte pas avec lui le texte de la Parole de Dieu comme s’il devait prononcer un discours qu’il a lui-même préparé.

Les Lectionnaires

Ils contiennent les textes de la Parole de Dieu lus pendant la célébration de l’eucharistie. Il y a un Lectionnaire pour le dimanche, un pour les messes de semaine, un pour les fêtes des saints et un pour la célébration des sacrements.

On notera également la possibilité d’utiliser un évangéliaire pour donner une forme plus solennelle à la lecture de la Parole de Dieu : c’est un gros volume, particulièrement soigné et décoré, qui ne contient que des textes de l’évangile des dimanches et des fêtes. Il est apporté dans la procession d’entrée et posé sur l’autel (la Parole de Dieu est une vraie nourriture) jusqu’à la lecture de l’évangile.

“Applique-toi à lire l’Écriture aux fidèles, à les encourager et à les instruire”
(1 Timothée 4, 13).

Prière de bénédiction de l’ambon

Dieu, qui as appelé les hommes dans leur nuit pour qu’ils entrent dans son admirable lumière, il nous est bon de te rendre grâce car tu ne permets pas que nous manquions jamais de la nourriture de ta parole, et tu ne cesses de nous faire entendre les merveilles que tu as prononcées. Nous t’en prions, Seigneur : Que la voix de ton Fils résonne en ce lieu et parvienne à nos oreilles pour qu’à l’invitation intérieure de l’Esprit-Saint nous ne soyons pas simplement des auditeurs de ta parole mais que nous la mettions en pratique. Que ceux qui proclament ici ta parole nous montrent le chemin de la vie pour que nous y avancions avec joie à la suite du Christ et que nous obtenions en lui la vie éternelle. Lui qui est vivant pour les siècles des siècles.
Amen.
Rituel des bénédictions, § 916

Lexique et bibliographie

• PGMR : C’est la Présentation Générale du Missel Romain, texte qui introduit le Missel de la messe, qui en donne l’esprit et qui en indique les normes.
• Dictionnaire de la Liturgie, Dom Robert Le Gall, C.L.D.
• Le Petit Dictionnaire de la Messe, Yvon Aybram, Mame.

Fiche réalisée en novembre 2005
Service de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle


- Pour télécharger la fiche cliquez ici.

Vous pouvez poser vos questions au service de Pastorale Liturgique et Sacramentelle Écrire un mail




Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site