Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet
Accueil > À la Une > L’Église et le Pape > Synode sur la famille > Retour des consultations en paroisses

Jean Garnier, Directeur de Recherche honoraire, membre de la Conférence Catholique des Baptisées Francophones

À l’instar de l’Apôtre Pierre supprimant les interdits alimentaires de la loi juive, de même le Synode devrait abolir les interdits sur la sexualité qui se sont peu à peu développés au cours des siècles dans l’Église Catholique. Ceux-ci font obstacles à l’annonce de la Bonne Nouvelle du Christ à nos contemporains.
En effet l’activité sexuelle n’est licite que dans le cadre du mariage sacramentel indissoluble. Or c’est une fonction physiologique au même titre que le manger, le boire ou le dormir. Elle a ses caractéristiques propres, certes, mais son absence est un sujet de souffrance, sa réalisation un épanouissement. Il y a donc lieu de lui appliquer le précepte de prendre soin de soi et de l’autre (Mt 7, 12, Lc 6, 31 et aussi Thomas d’Aquin, Somme Théologique, Cerf 1993, tome 2, p.574).
Comme pour l’alimentation, cela ne signifie pas que l’on peut faire n’importe quoi en matière d’activités sexuelles, puisqu’elles mettent en relation des personnes humaines (crées à l’image de Dieu), ces activités doivent être accompagnées de respect, de justice et de bienveillance mutuels. Si une procréation est envisagée, elle doit être responsable. En matière d’éthique, j’ai apprécié l’approche de Sœur Margaret Farley dans « Just Love : A Framework for Christian Sexual Ethics ».

Les conséquences au niveau du Synode sur la famille seraient de rendre licite les activités sexuelles dans les cas suivants :

- d’une régulation artificielle des naissances,
- d’un remariage après divorce,
- d’un mariage non sacramentel (mariage civil, concubinage),
- entre des personnes de même sexe,
- pour une personne sans partenaire sexuel (masturbation).

Et donc de ne pas exclure les personnes concernées du baptême et de la communion.

Enfin au niveau de la discipline du célibat des prêtres séculiers, il deviendrait optionnel et non pas obligatoire.

Jean Garnier, Directeur de Recherche honoraire, membre de la Conférence Catholique des Baptisées Francophones.< jgarnier20 chez gmail.com> ;




Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site