Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet

Le Pape Benoît XVI renonce à son pontificat.

Le lundi 11 février 2013, le Pape Benoît XVI a déclaré renoncer au ministère d’évêque de Rome.

Aux catholiques du diocèse de Nanterre

En annonçant sa décision de renoncer à sa charge de successeur de Pierre et en nous en donnant les raisons, le Pape Benoît XVI suscite notre admiration pour son courage et son discernement inspiré par la foi.
Durant huit ans, il a exercé son ministère de communion dans une Église en crise. Il s’est adressé à une humanité souvent en proie à toutes sortes de violences et dont une grande partie estime ne pas avoir besoin de Dieu. Des événements et des situations tragiques ont associé de plus près notre Pape à la passion du Christ : scandale d’abus sexuels commis par des prêtres ou des religieux, vol mystérieux et publication de sa correspondance et de ses documents privés, échec actuel de tous ses efforts pour réconcilier les disciples de monseigneur Lefebvre avec l’Église, etc. Devenu pape, le Cardinal Ratzinger a aussitôt fait profiter l’Église de son attachement au Christ, de sa profonde vie spirituelle et de toute de sa science théologique hors du commun. Alors qu’il tenait tellement à ses longs temps d’étude, à ses nombreux moments de rencontre avec Dieu dans la prière et à un service discret dans l’Église, il a dû en même temps multiplier les contacts, les rencontres, les voyages, les interventions, les discours. Nous lui exprimons notre sincère, profonde et vive gratitude, en particulier pour la bonté et la douceur avec lesquelles il a été au service de l’Église et du monde.

Notre reconnaissance doit s’exprimer d’abord dans la prière individuelle, familiale et communautaire dans laquelle nous demanderons aussi au Seigneur de bénir la nouvelle étape de la vie de celui qui ne sera plus notre pape le 28 février. Les curés veilleront à ce qu’une prière d’action de grâce et d’intercession ait sa place dans les liturgies dominicales des 17 et 24 février.

Avec ses deux encycliques sur la charité, son encyclique sur l’espérance, de nombreux autres messages, l’Année saint Paul, l’Année sacerdotale et l’Année de la Foi le Pape Benoît XVI nous a beaucoup aidés à vivre du Christ et aimer nos frères. Je fais encore la suggestion suivante pour lui dire notre gratitude : qu’un livre d’or soit à disposition au fond de chaque église ou chapelle pour que tous ceux qui le voudraient puissent exprimer leur merci en rappelant une parole ou un message, une rencontre ou une initiative du pape Benoît XVI qui les a aidés à grandir dans la foi et la charité. Ce « Livre d’or de la mémoire reconnaissante » pourrait être apporté devant l’autel lors des prochaines célébrations.

Dès maintenant nous prions également pour que le Saint Esprit éclaire les cardinaux qui éliront le nouveau pape et pour que celui-ci soit comblé de la force et de la lumière de ce même Esprit.

+ Gérard Daucourt
Évêque de Nanterre
Le 12 février 2013

Conférence de presse du Cardinal André Vingt-Trois
11 février 2013

Le Cardinal André Vingt-Trois a tenu un point-presse le lundi 11 février, jour où le pape Benoît XVI a annoncé sa démission, après huit années de pontificat.
Entouré de Mgr Simon, Mgr Ulrich et Mgr Podvin, le Cardinal-Archevêque de Paris a répondu aux questions des très nombreux journalistes présents à la Maison de la Conférence des Évêques de France, avenue de Breteuil.

Mgr Vingt-Trois estime que Benoît XVI en « brisant un tabou », a jugé « légitime et utile de renoncer à sa charge ». Il abordait cette question de « droit et devoir de se retirer pour un Pape » dans son ouvrage Lumière du monde.
« Benoît XVI a sa pleine capacité intellectuelle mais son endurance physique est très éprouvée », estime le Cardinal. Même si « c’est un moment grave », il considère que la démarche du Pape est un acte « particulièrement courageux ».
« Nous perdons un ami de la France » nous dit Mgr Vingt-Trois, en rappelant les liens étroits que le Pape entretenait avec la culture française.

Trois points du pontificat de Benoît XVI sont soulevés par le Cardinal :
Benoît XVI a fait de la réflexion sur "foi et raison" un thème prioritaire de son investissement pédagogique.
Dans ce qui a marque également le pontificat de ce Pape, Mgr Vingt-Trois souligne son travail à l’unité de l’Église. Il a tenté d’annihiler la rupture entre l’Église catholique et les lefebvristes. Il a fait tout ce qui était en son pouvoir pour rendre possible une réconciliation.
On peut aussi noter son souhait d’un engagement social des chrétiens et l’intérêt qu’il montre à unir foi et charité.
Enfin l’Archevêque a rappelé la fécondité intellectuelle du pape en saluant son travail d’écrivain, sa qualité de théologien.

Les questions des journalistes ont fusé. À celle posée sur le profil idéal du futur pape, le Cardinal répond l’humilité. Un pape plus jeune ? L’archevêque rappelle que Jean XXIII avait plus de 75 ans lorsqu’il a été élu et qu’il a ouvert le Concile Vatican II ! Selon lui, le critère d’âge n’est pas déterminant. "C’est Dieu qui mène la barque." Il fait la même réponse sur le critère de la nationalité. « Ce qui compte, c’est la personne, pas la nationalité ». Il ajoute que le Pape doit avoir des qualités d’écoute, savoir fédérer et avoir le souci de la communion. Comment l’Église de France va vivre cet événement ? « Nous prierons et rendrons grâce pour le ministère de Benoît XVI ».

Discours du Pape au Consistoire :

Frères très chers,

Je vous ai convoqués à ce Consistoire non seulement pour les trois canonisations, mais également pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l’Église. Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien. Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière. Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l’Évangile, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s’est amoindrie en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié. C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Évêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l’élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire.

Frères bien-aimés, je vous remercie de tout cœur pour tout l’amour et le travail par lesquels vous avez porté avec moi le poids de mon ministère, et je demande pardon pour tous mes manques.

Maintenant, confions la Sainte Église au soin de son Pasteur Suprême, Notre Seigneur Jésus Christ et implorons Marie sa Sainte Mère afin qu’elle assiste de sa bonté maternelle les Pères cardinaux dans l’élection du nouveau Souverain Pontife.

En ce qui me concerne, dans l’avenir, je voudrais servir de tout cœur la Sainte Eglise de Dieu dans une vie dédiée à la prière.

Source : Avec news.va


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site