Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet
Accueil > Prier et Célébrer > Pèlerinages > Lourdes

Lourdes au jour le jour

Retrouvez au quotidien les photos et commentaires de ce qui s’est vécu à Lourdes pendant le pèlerinage diocésain.

Jour 1 - Lundi 23 octobre 2017 :

En car, en train, en avion ou en voiture, nous sommes tous arrivés à bon port à Lourdes, avant midi, sous un soleil radieux. Nous pouvions dire avec le poète : « Midi, roi des étés, épandu sur la plaine, tombe en nappes d’argent des hauteurs du ciel bleu » Leconte de Lisle. Après le déjeuner, la messe d’ouverture, rassemblant les 615 pèlerins des Hauts-de-Seine, était présidée par Monseigneur Aupetit. « Nous sommes tous en danger de mort », nous a-t-il interpellés en commençant son homélie. « Notre patrimoine, qu’il soit génétique, financier, immobilier ou autre, ne nous préserve pas de la mort. » « Nous n’emporterons rien au Ciel. Seul l’amour ne meurt pas. » « La finalité, c’est le bonheur. Le Christ est venu nous l’offrir à travers sa personne, jusqu’au bout de l’amour. » « Aimer, c’est mourir à soi-même. » « Marie, la première, a offert son cœur. Elle nous aide à grandir dans la vie divine. Le Verbe doit prendre chair en nous comme en elle. » Après la messe, nous avons vécu un temps en groupe par paroisse à l’église Sainte-Bernadette, à l’hospitalité Notre-Dame ou sur les pelouses près du Gave aux reflets d’argent. Chacun a pu se présenter, dire son prénom, les raisons qui l’ont amené à Lourdes, ce qu’il attend ou espère de ce pèlerinage, son expérience de Lourdes. Un simple temps de prière terminait ce partage très riche. Après quoi, un temps libre a permis à chacun de découvrir les sanctuaires, la ville de Lourdes ou d’aller proposer son aide aux malades de l’hospitalité. « À Lourdes, nous sommes un peu chez nous car c’est notre mère à tous, Marie, qui est venue nous visiter et qui nous accueille. » Marc Flurin

_
Pèlerinage diocésain à Lourdes 2017 - Jour 1

© Claude Messaz

Jour 2 - Mardi 24 octobre 2017 :

« Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, je partirai, vois-tu, je sais que tu m’attends. » Victor Hugo. Pour les pèlerins de Lourdes, c’était même avant l’aube, à 7h30 pour les laudes, que nous étions attendus par la Vierge Marie pour prier le Seigneur ! Nous avons pu prier notamment pour François, un malade en fin de vie qui avait rejoint hier notre pèlerinage afin de pouvoir prier Marie avant de mourir. François nous a quitté dans la nuit après avoir reçu le sacrement des malades des mains de Mgr Aupetit, quelque heures plus tôt.
À 8h30, Monseigneur Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, ancien évêque auxiliaire de Nanterre, nous a proposé une catéchèse sur le thème « Le Seigneur fit pour moi des merveilles » à la basilique du Rosaire. Sur les pas de Marie, Monseigneur Brouwet nous a invités, avec beaucoup d’entrain et de conviction, à vivre davantage l’action de grâce et la louange. « L’action de grâce et la louange sont une décision. La joie qui en découle est une joie profonde. » Remplis de cette vraie joie, nous nous sommes retrouvés pour la messe à la grotte à 9h45, dans un froid glacial mais les cœurs réchauffés par les paroles entendues. Dans son homélie, Monseigneur Aupetit nous a dit : « Hier, je vous disais que nous étions en danger de mort. Aujourd’hui, je vous dis que nous, nous avons la joie d’accueillir la vie. » « Le Christ a partagé notre vie jusqu’à la souffrance et la mort. C’est pour que nous accueillions la vraie vie. Par un seul homme, le Seigneur Jésus-Christ, qui est vraiment homme et vraiment Dieu, nous avons retrouvé la vie, la vie éternelle. »
« Le Seigneur nous invite à veiller. Il faut veiller amoureusement. Veiller comme le fiancé qui attend sa fiancé malgré le froid et la pluie, comme la mère qui veille toute la nuit sur son enfant malade, comme l’époux qui attend son épouse. C’est une veille amoureuse. Elle se fait en rencontrant nos frères et nos sœurs, avec amour et par amour, même les plus abîmés, même les plus éprouvés. C’est ainsi que notre maître ne nous surprendra pas. Nous le reconnaîtrons. » « Voici la servante du Seigneur dit Marie. C’est un exemple qui nous est donné, une invitation à être veilleurs pour accueillir la grâce, pour louer le Seigneur et rendre grâce. « « Prions notre mère pour être dans la joie, l’action de grâce et la louange. Associons-nous chaque jour à son Magnificat ! » Après la messe, nous nous sommes rassemblés pour une photo de groupe avec tous les pèlerins du diocèse, devant la basilique. L’après-midi, une excursion nous était proposée à Bartrès. Beaucoup s’y sont rendus en autocar, certains ont parcouru les 8 km aller-retour à pied. C’est dans ce petit village, niché dans un vallon tout près de Lourdes, que Bernadette à peine âgée de sept mois, fut confiée à une nourrice. Bernadette y resta jusqu’à son 21ème mois. Par la suite, deux à trois fois par an, elle venait passer quelques jours chez sa nourrice. En septembre 1857, elle a 13 ans lorsque sa nourrice la fait venir pour l’aider à garder ses moutons et ses vaches. Peu de temps après, Bernadette, rentrée dans sa famille à Lourdes y vécut les apparitions. Nous avons pu visiter, sous un soleil magnifique, les différents lieux où vécut Bernadette et prier dans l’église du village dédiée à saint Jean-Baptiste. Marc Flurin

- Télécharger le texte de la conférence de Monseigneur Brouwet

Pèlerinage diocésain à Lourdes 2017 - Jour 2

© Claude Messaz

Jour 3 - Mercredi 25 octobre 2017 :

« Les soleils couchants revêtent les champs, les canaux, la ville entière d’hyacinthe et d’or, le monde s’endort sous une chaude lumière ». Charles Baudelaire. Ces vers s’appliquent à merveille à Lourdes en cette fin de journée. Une journée riche. Dès 8h, nous avons chanté les louanges du Seigneur et rendu grâce pour ce pèlerinage rempli de rencontres et de joie. À 9h30, la messe internationale, présidée par Monseigneur Aupetit, dans la basilique Saint-Pie X nous a permis de louer le Seigneur en plusieurs langues. Des groupes venus du monde entier, même du Japon et de la Corée du Sud, ont rejoint les pèlerins des Hauts-de-Seine. C’est aussi cela le miracle de Lourdes ! Dans son homélie, notre évêque nous a conviés à méditer sur la Visitation. « Tableau bien connu que celui de la Visitation, peint par Fra Angelico et tant d’autres peintres ! » « C’est la vie d’origine divine qui nous est présentée : Élisabeth qui était stérile porte en elle, grâce à Dieu, le prophète Jean le Baptiste, le dernier des prophète et peut-être le plus grand d’entre eux » « Marie porte en elle Jésus, conçu de l’Esprit Saint. Celui-ci ne bouge pas, ne dit rien. Mais il est présent. C’est Marie qui s’exprime alors qu’elle porte le Verbe en elle. » « Luc, qui était médecin, aurait pu désigner Jésus par les termes d’embryon ou de fœtus. Mais il choisit le terme enfant, le même terme que dans « laissez venir à moi les petits enfants. » » « Jésus est un enfant et il nous appelle à l’imiter, à être, nous aussi, des enfants » « Devant Jésus, nous ne pouvons pas être autre chose que des enfants. » « Marie nous aide à grandir dans la vie divine, en enfants de Dieu. Nous apprenons à être comme des enfants. Disons avec elle « le Seigneur fit pour moi des merveilles. » L’après-midi, nous avions le choix entre plusieurs activités. Certains ont suivi le chemin de croix sur la colline au-dessus de la grotte, d’autres sont allés aux piscines, avant de rejoindre la célébration pénitentielle à l’espace Sainte Bernadette. Les mots du pape François nous ont introduits à cette belle cérémonie : « La miséricorde de Dieu est sa responsabilité envers nous. Il veut notre bien et nous voir heureux, remplis de joie et de paix. L’amour miséricordieux des chrétiens doit être sur la même longueur d’onde. Comme le Père aime, ainsi aime les enfants. Comme Il est miséricordieux, aussi sommes-nos appelés à être miséricordieux les uns envers les autres. » À 17h une procession eucharistique nous a permis, après un tour des sanctuaires tous ensemble, les malades en tête, d’adorer le Saint Sacrement dans la basilique Saint-Pie X, la plus grande basilique souterraine du monde ! Dans l’élan du pardon reçu et emplis de la lumière du Saint sacrement, nous vivrons ce soir une soirée de fête et de prière, non loin de la grotte, sur le lieu précis de la 18ème et dernière apparition de la Vierge à la petite Bernadette le 16 juillet 1858.Marc Flurin

Pèlerinage diocésain à Lourdes 2017 - Jour 3

© Claude Messaz

Jour 4 - Jeudi 26 octobre 2017 :

« Comme on voit sur la branche, au mois de mai la rose, en sa belle jeunesse, en sa première fleur,rendre le ciel jaloux de sa vive couleur, quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l’arrose. » Pierre de Ronsard. La rose du poète, c’est le cœur de chaque pèlerin, arrosé par l’amour de Dieu et la tendresse de Marie pour chacun. Après la prière des laudes, nous nous sommes tous retrouvés pour la messe. Le sacrement des malades a été donné à ceux qui le souhaitaient. Un moment très émouvant. Dans son homélie, Monseigneur Aupetit a commenté l’évangile du paralysé de Capharnaüm (Marc 2,1-12). « Quelle foi extraordinaire que celle de ces gens qui n’hésitent pas à faire passer le paralysé par le toit pour que Jésus le guérisse : Jésus admire leur foi. Mais cette foi, en quoi consiste-t-elle ? En quoi croient-ils ? Que Jésus peut guérir leur ami. Est-ce suffisant ? Ils croient que Jésus est un thaumaturge extraordinaire. Mais croient-ils que Jésus est le Fils de Dieu ? » « Que dit Jésus ? Tes péchés sont pardonnés. Ce n’est pas ce qu’ils attendaient. Les bien-pensants, les scribes, disent, scandalisés : qui peut pardonner les péchés sinon Dieu seul ? Jésus guérit les maladies par bonté. Mais il n’est pas venu pour cela. Il est venu pour nous sauver. De quoi ? De la mort et du péché. Il est venu nous rétablir dans le lien avec Dieu par le pardon. Cela concerna toute notre personnalité, tout ce que nous sommes. Nous entrons dans la vie, pas seulement la vie organique, la vie éternelle. Le pardon, ce n’est pas oublier le mal qu’on nous a fait. C’est dire qu’un bien plus grand que le mal peut nous aider à le surmonter, nous introduire à la vie éternelle. « Supplions Dieu de nous donner la force de l’Esprit Saint pour pardonner. Dieu opère en nous et par nous. » « Une fois que le pardon est donné, alors la guérison physique peut intervenir. Jean-Pierre Bély, le dernier miraculé de Lourdes, avait une sclérose en plaque évolutive. Il était venu chaque année à Lourdes. Cette année-là, il est allé se confesser. Et il a su, en recevant l’absolution, qu’il était guéri. Le lendemain, il a reçu le sacrement des malades. Il s’est levé et il a vécu une vie normale, en cultivant son jardin. Il est mort bien plus tard, d’une maladie sans rapport avec la sclérose en plaques dont il avait guéri à Lourdes. » « Cherchez Dieu ! Et le reste vous sera donné par surcroît. Établissons-nous dans cet amour de Dieu qui transfigure nos existences. Alors, tout est possible à Dieu. » L’après-midi, Monseigneur Aupetit s’est adressé à nous à l’Espace Sainte-Bernadette. « Remercions les organisateurs du pèlerinage qui nous ont permis de vivre des temps avec intensité des temps de rencontre entre personnes si diverses. C’est dans cette rencontre que se joue la communion. Nous avons des occasions de ne pas être d’accord. Nous sommes divers. Le rôle d’un évêque, c’est de réaliser la communion. C’est la foi en Christ qui nous unit. » Après quoi, notre évêque nous a enseigné sur le rôle de l’évêque, sur ce qu’et un diocèse. Il a rappelé également les priorités données à notre diocèse dans sa Lettre pastorale de 2016 : la solidarité, les familles, les jeunes et l’élan missionnaire. Il a évoqué le PRISME qui est destiné à stimuler cet élan missionnaire. Pour conclure Monseigneur Aupetit nous a dit : « les malades et les personnes handicapées présentes nous rappellent que l’essentiel ce n’est pas la beauté apparente et artificielle, c’est le regard, la rencontre. Nous devons apprendre à changer notre regard, à voir que ces personnes sont habitées de quelque-chose d’autre. »Marc Flurin

Pèlerinage diocésain à Lourdes 2017 - Jour 4

© Claude Messaz


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site