Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet

Management et Spiritualité

Management et spiritualité, quel rapport ?

Le management, l’organisation et l’animation des hommes, renvoie à la vie d’entreprise, avec ses contraintes et ses exigences d’efficacité et de résultat, avec ses relations de travail, très techniques, âpres et conflictuelles parfois …

En quoi cela peut-il concerner la vie spirituelle dont le domaine privilégié est l’intimité du cœur, l’écoute d’un Esprit dont le murmure est souvent bien ténu ? Qu’il y ait des implications éthiques, oui, mais spirituelles ? À quel titre ?

Pourtant l’exercice du management qui n’a cessé de se développer dans les dernières décennies met en jeu au moins deux dimensions propres à la vie spirituelle.

La première tient aux responsabilités que nous avons sur des personnes et aux actions que nous menons. Toute activité qui nous confronte à nous-mêmes et à autrui pour produire des biens ou des services, peut s’ouvrir à l’Esprit de Dieu et devenir un chemin de relation profonde avec le Seigneur. Comme dans la prière, mais d’une autre manière, l’Esprit de Dieu peut nous rejoindre et s’unir à nous au cœur même de notre action, par le dynamisme, la liberté intérieure, la qualité d’attention, de présence, de service qu’il donne. L’intention qui préside à notre action en est la porte privilégiée.

La seconde concerne davantage la pratique même du management, avec les attitudes et les méthodes qu’elle implique. Elle peut être vécue comme une expérience spirituelle dans la mesure où elle ne cesse d’appeler le manager à une « disposition de soi-même », à une disponibilité intérieure constante : sortir de ses vues propres pour se mettre à l’écoute, s’informer, mesurer des impacts et des situations, exercer une vigilance…

Mais il lui faut aussi entrer en soi-même, en recueillement, en conversation ou dialogue intérieur, pour peser, évaluer, adapter, décider souvent dans l’urgence, fonder l’attitude responsable à tenir devant lui-même ou devant d’autres… Il lui faut encore combattre en soi des images, des idées, des craintes ou des envies, qui encombrent son affectivité et dont il a besoin d’être libéré pour s’engager dans les choix dont il est alors vraiment l’auteur. Il trouve ainsi l’autorité pour les mettre en œuvre.

Jean-Paul II aimait à dire en ce sens que le travail qui produit des biens a pour auteurs des sujets et pour mission de les former à une plus grande liberté.

On est là au cœur d’une vie dans l’Esprit qui fait avancer en nous et autour de nous la confiance, l’espérance, un esprit et un bien communs. Relire, évaluer nos responsabilités à la lumière de cette présence stimulante de l’Esprit nous permet d’y accueillir ce qui nous est donné gratuitement au cœur de ce réseau d’exigences qu’est le travail moderne : la joie, la lumière, le désir d’aller de l’avant. Et de reconnaître à l’inverse les dérives, perversions ou injustices qui empêchent de progresser.

Le management moderne, quant à lui, offre à la vie de l’Eglise et des communautés chrétiennes quelques méthodes précieuses pour rendre plus efficaces les élans de générosité que révèle tout désir de servir.

Rémi de Maindreville
Rédacteur en Chef de la revue Christus
Ancien aumônier national du MCC

(Conférence "Management et spiritualité : l’épreuve de la responsabilité" - 24 octobre 2013 - Notre-Dame de Pentecôte)




Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site