Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet

Marie, responsable liturgique à Bois-Colombes

Marie témoigne de sa mission auprès de l’équipe liturgique de sa paroisse.

Marie, vous avez été pendant trois ans responsable de l’animation liturgique de la paroisse Notre-Dame du Bon Secours à Bois-Colombes, paroisse confiée à la communauté de l’Emmanuel. Comment en êtes-vous venue à assurer cette mission ?

MdP : j’ai été chantre animatrice il y a six ou sept ans, après avoir fait partie de la chorale paroissiale. Et le Père Henri de Chauvigny, qui était alors curé, m’a demandé de prendre le relais lorsque la personne qui assurait cette mission est partie au bout de ses trois ans.

Comment avez-vous vécu ces trois années ?

MdP : Ça a été une aventure passionnante : j’ai découvert en profondeur la vie de la paroisse. J’ai pu approfondir ma connaissance de la liturgie, et avoir une vision globale de l’ensemble des intervenants dans la liturgie : chantres-animateurs, mais aussi organistes, instrumentistes, lecteurs, servants etc. Et bien entendu les célébrants.

Combien d’animateurs faisaient partie de votre équipe ?

MdP : il y a environ douze chantres-animateurs, qui doivent assurer trois messes par week-end. Il y a aussi sept organistes, tous bénévoles, dont les compétences sont très variables : cela va du quasi-débutant au professionnel.

Quel a été votre rôle ?

MdP : Je faisais d’abord partie du « comité liturgie » qui réunit le vicaire en charge de la liturgie, les responsables liturgiques et chef de chœur des deux paroisses de Notre Dame de Bon Secours à Bois-Colombes et Saint Marc des Bruyères à Asnières. Nous fonctionnons en binôme, avec une équipe pastorale commune aux deux paroisses.
Nous nous réunissions tous les deux mois environ pour établir le répertoire pour la période liturgique à venir, préparer et relire les célébrations importantes puis par la suite établir le carnet de chants lorsqu’il a remplacé les feuilles de temps liturgiques.
Je devais aussi assurer la liaison avec les autres services de la paroisse : préparation au baptême, accueil, catéchisme, EAP… Mais une part importante de ce service consistait à établir le planning des chantres, des organistes, de la chorale, qui chante une messe presque tous les dimanches, et d’assurer le recrutement, la formation et le suivi de chaque chantre.

Comment choisissez-vous le répertoire ? Quels sont vos critères de choix ?

Nous avons des critères établis par le Curé. Nous devons choisir des chants en rapport avec la période liturgique, adaptés au rite et au moment de la messe, en fonction de leur aptitude à favoriser la prière, de leur facilité à être appris par l’assemblée. Le texte, le style du chant sont également très importants.
Les chants de l’Emmanuel tiennent de fait une grande place dans le répertoire, mais pas exclusive. Nous chantons aussi souvent des chants d’autres communautés nouvelles, ou encore des chants de Gouzes, Berthier, Lécot ou Gélineau par exemple, ou des classiques traditionnels à Noël… Les chantres-animateurs ont une grande liberté pour le choix des chants à partir du moment où ils respectent les critères et choisissent un chant dans la liste préétablie.

Comment assurez-vous la formation des chantres-animateurs ?

MdP : Elle est assurée essentiellement en interne. Nous avions organisé une session de formation il y a trois ans, qui a bénéficié à plusieurs chantres débutants. Mais nous avons aussi recruté deux animatrices qui ont suivi la formation du Diocèse. Par ailleurs, nous accompagnons les nouveaux, qui commencent en binôme avec un chantre plus expérimenté. Nous leur expliquons les habitudes de la paroisse, et nous en profitons pour glisser quelques recommandations techniques. Les prêtres et organistes apportent également leurs conseils éclairés.

Quelles ont été vos principales difficultés ?

MdP : Il est toujours délicat d’accompagner les personnes : pour remplir les trous du planning il me fallait maintenir la motivation et l’engagement de chacun, entretenir la bonne entente entre les membres de l’équipe, entre eux et avec les organistes, et trouver des temps de rencontre.
J’avais le projet d’organiser des réunions régulières entre animateurs et organistes pour faciliter les échanges et les relations fraternelles. Mais la personne qui m’a succédé est en voie d’y parvenir, ce dont je me réjouis.
J’aurais aimé aussi pouvoir renouveler et dynamiser l’équipe de musiciens instrumentistes. Mais je n’y suis pas vraiment parvenue.

Et vos satisfactions ?

MdP : C’était très gratifiant !
C’est une mission avec une vraie dimension pastorale, car j’avais reçu une lettre de mission verbale de mon curé, et une bénédiction d’envoi… Donc cela suppose d’être très à l’écoute, avec une grande disponibilité de cœur, de la bienveillance et un accompagnement des personnes. On fait de belles rencontres et on reçoit beaucoup au travers de ces liens privilégiés.
Le soutien, les conseils, les remerciements et les encouragements des prêtres sont aussi très motivants.

Finalement, que voudriez-vous dire à une personne qui hésite à prendre cette responsabilité ?

MdP : C’est difficile de donner des conseils sans connaître la situation particulière car cela dépend de beaucoup de critères.
Il me semble cependant que pour accepter cette mission il faut avoir envie de témoigner de sa foi à travers la liturgie, et pour cela avoir le souci de la formation et de l’accompagnement des équipes, mais aussi savoir porter un regard objectif sur les célébrations et les personnes. Avoir envie de faire vivre cette Petite Communauté Fraternelle de Foi qu’est une équipe liturgique…




Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site