Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet

Noël

Noël : quel sens pour les chrétiens ?

Noël est sans doute la plus connue des fêtes chrétiennes, célébrée dans la nuit du 24 au 25 décembre presque partout dans le monde, aussi bien par des croyants que des non croyants.

Pour les chrétiens, la fête de Noël (du latin natalis, « naissance », « nativité ») célèbre la naissance de Jésus, Fils de Dieu, le Sauveur attendu, annoncé par les prophètes.

Jésus veut dire en hébreu « Dieu sauve ». Ce nom même révèle son identité et sa mission, sauver les hommes et les conduire vers le Père.

Les évangiles donnent à comprendre que la naissance du Fils de Dieu s’est passée humblement : pauvre parmi les pauvres, Jésus nouveau né est couché par sa mère dans une mangeoire.

La naissance de Jésus est le cœur de ce qu’on appelle le « mystère de l’Incarnation » : « Au temps établi par Dieu, le Fils unique du Père, la Parole éternelle, s’est incarné : sans perdre la nature divine, Il a assumé la nature humaine ».

La naissance de Jésus-Christ dans l’Évangile

Deux des quatre évangiles, ceux de Matthieu et de Luc, rapportent la naissance du Christ et se complètent mutuellement.

L’évangile lu au cours de la messe de Noël est tiré de Luc. Dans les pages qui le précèdent, l’évangéliste a évoqué d’abord l’Annonciation, c’est-à-dire ce jour où l’ange Gabriel a annoncé à Marie qu’elle serait la Mère du Sauveur. Cet événement, fêté le 25 mars - neuf mois avant Noël - inaugure l’accomplissement des promesses :

« L’ange dit : “Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas être enceinte, tu enfanteras un fils et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut” » (Luc 1, 30-32).

Marie, fille d’Anne et de Joachim, est originaire de Nazareth en Galilée. Elle est alors fiancée à Joseph, charpentier de son métier, de la descendance du roi David. Marie, dans sa confiance absolue en Dieu, accepte le projet divin ; « Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole » est sa réponse à l’ange (Luc 1, 38).

L’évangile lu à Noël situe cet événement dans l’histoire : « Or, en ce temps-là, parut un décret de César Auguste pour faire recenser le monde entier. Ce premier recensement eut lieu à l’époque où Quirinius était gouverneur de Syrie » (Luc 2, 1-2). Marie, enceinte, et Joseph se rendent donc tous deux en Judée pour le recensement, dans la petite ville de Bethléem, d’où est originaire la lignée du roi David.

« Pendant qu’ils étaient là, le jour où elle devait accoucher arriva ; elle accoucha de son fils premier-né, l’emmaillota et le déposa dans une mangeoire, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la salle d’hôtes » (Luc 2, 6-7).

Les chrétiens célèbrent Noël

La célébration de la naissance du Sauveur est précédée par un temps de préparation de quatre semaines. Cette période - appelée l’ « Avent » (du latin adventus, « venue », « avènement ») dans le calendrier liturgique de l’Église catholique - a commencé cette année le dimanche 28 novembre.

La naissance du Sauveur est célébrée depuis des siècles dans la nuit du 24 au 25 décembre. Pourtant on ignore le jour et l’heure de la naissance de Jésus. Le choix de cette date est sans doute en lien avec le solstice d’hiver, c’est-à-dire avec le retour du soleil. Les chrétiens donnant à cette période le sens de ce qui est pour eux la venue de la vraie lumière, celle du Christ.

La « messe de minuit » rassemble traditionnellement plus de fidèles que celle du 25 décembre au matin. Aujourd’hui, elle est souvent célébrée plus tôt dans la soirée, notamment pour permettre aux enfants d’y participer.

L’heure de minuit est tout aussi symbolique : elle marque simplement l’arrivée d’un jour nouveau. La Tradition pourtant se réfère aussi à un texte du livre de la Sagesse (18, 14-15) : « Alors qu’un silence paisible entourait toutes choses et que la nuit parvenait au milieu de sa course rapide, du haut des cieux, ta parole toute puissante s’élança du trône royal. » Le Christ est en effet le Verbe de Dieu car il révèle Dieu, sa parole de salut.

Noël, événement festif et joyeux, est aussi, depuis des siècles, célébré en famille. Noël célèbre le mystère du don et de l’accueil.

Représenter la Nativité

En 1223, dans le village de Greccio, situé près d’Assise en Italie, saint François d’Assise eut l’idée de célébrer Noël avec un tableau vivant de personnages et d’animaux. Vivantes ou non, les crèches se sont répandues dans toute l’Italie, puis dans le reste du monde chrétien. Elles représentent la grotte de Bethléem avec les principaux personnages : Marie, Joseph, l’Enfant Jésus dans une mangeoire, les bergers et les bêtes (l’âne, le bœuf et les moutons).

La Provence, qui abritait de nombreux monastères franciscains (ordre religieux fondé par saint François d’Assise), avait été la première région française à développer les crèches. Les santons (« petits saints » en provençal) sont apparus au XIX° siècle. Outre les personnages traditionnels, la crèche provençale représente tout le village venant adorer l’Enfant Jésus.

Une « nativité » est un tableau ou une sculpture représentant Jésus dans la crèche, avec Marie et Joseph.

Depuis des siècles, peintres et sculpteurs ont été inspirés par la scène de la Nativité. Les œuvres d’art d’inspiration chrétienne, très nombreuses, concernent pour une bonne part la naissance du Christ.

Conférence des Évêques de France}

- Pour en savoir plus sur Noël, consultez le site du cybercuré


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site