Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet
Accueil > À la Une > L’Église et le Pape > Synode sur la famille > Retour des consultations en paroisses

Relais Lumière Espérance

Réflexion du groupe Relais Lumière Espérance des Deux Rives (Courbevoie, Levallois, Neuilly) en vue du Synode de la famille.

Introduction

La famille touchée par le handicap (physique, mental, psychique) d’un proche est peu prise en compte dans les textes du Synode. La réflexion du groupe Relais Lumière Espérance concerne les familles touchées par la maladie psychique, vécue comme un tsunami par celle-ci. Ces familles vivent différemment des autres.

L’écoute : le contexte et les défis concernant la famille

Vivre la maladie psychique est une épreuve à long terme pour le malade et sa famille. C’est un chemin bordé d’impasses imprévisibles, un labyrinthe en béton ou en verre : on ne trouve pas d’issues, on se cogne aux murs quotidiennement pendant des années, pire toute une vie. Cette situation peut perdurer dans les familles de façon insidieuse même dans les générations suivantes. Cette désorganisation de l’esprit est dramatique pour le malade, et ses proches au fil du temps sont entraînés dans la mal-être, la désespérance. Beaucoup y perdent le goût de la vie.
La solitude et l’abandon sont ressentis par la famille et le malade, d’autant plus que les tensions familiales engendrées par la maladie psychique mettent à l’épreuve le couple, la fratrie, la famille.
La méconnaissance de la maladie psychique rend difficile, dans la plupart des cas, l’accueil de ces familles au sein de l’église. Il s’agit de vaincre la peur ressentie face à cette maladie par une connaissance de celle-ci.

Le regard sur le Christ : l’évangile de la famille

La vie d’une famille touchée par la maladie psychique est une épreuve difficile à dire et à recevoir : tout est compliqué, le diagnostic, les traitements médicaux, la vie de tous les jours, le regard porté sur la famille ; celle-ci peut « craquer » et souvent cela arrive.
Pourtant après le déni et la révolte, la fragilité psychique d’un proche peut conduire à une conversion du cœur et du regard, une découverte de la présence du Christ sur le chemin parcouru comme pour les pèlerins d’Emmaüs et des petits moments de Grâce. Ainsi naît peu à peu l’espérance pour aborder les épreuves qui reviennent, les différentes étapes à parcourir.
Pouvoir dialoguer dans un accompagnement bienveillant, relire sa vie de chaque jour à la lumière de la Parole, prier ensemble et partager l’amitié conduit à un chemin de guérison intérieure et de joie.
Une question difficile est posée par les personnes en souffrance psychique : puis-je me marier et avoir des enfants ? Comment y répondre ? Quelle autre forme de fécondité l’Eglise reconnaît-elle ?

La discussion : Les perspectives pastorales

Il est urgent que l’Église ouvre les yeux, les oreilles et apprenne à connaître le mal-être, la maladie de ses brebis car la maladie psychique ne se dit pas facilement.
La sensibilisation des communautés ecclésiales à la maladie psychique et à l’accompagnement des familles et des personnes en souffrance psychique pourrait y contribuer, des actions de cette nature ont eu lieu déjà, la présence d’un chrétien « Relais Lumière Espérance » en paroisse pourrait aussi faciliter l’accueil des familles touchées par la maladie psychique…
Développer des groupes Relais Lumière Espérance qui aident les familles à retrouver l’espérance par le dialogue, l’écoute, la prière et l’amitié avec l’accompagnement d’un conseiller spirituel est une forme d’évangélisation.

Père Jacques Combelles
Béatrice Balsan


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site