Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet

Répertoire de chants

Qu’est-ce qu’un répertoire de chants ?

Ce qui constitue l’assemblée
Le répertoire de chant contribue à l’édification de la communauté comme Corps du Christ par le partage des mêmes mots de la foi.

Un instrument de mémoire
Pour une assemblée, le répertoire de chants est instrument de mémoire de la foi. Au fil des dimanches et des années, il permet à la liturgie de se déployer comme une symphonie de paroles, d’hymnes, de psaumes, de dialogues, d’acclamations, de prières.

Une fonction-signal
Chaque temps liturgique possède une couleur qui lui est propre et qui le distingue des autres. Le répertoire de chants doit pouvoir assurer cette fonction distinctive.
Un certain nombre de « chants-signaux » permettent aux fidèles de savoir d’emblée qu’ils célèbrent un temps liturgique bien spécifique. Cela constitue une vraie richesse, propre à donner sens à la célébration.

Élaboration

Un projet à long terme
Le répertoire n’est pas seulement un catalogue ; il signifie l’ensemble des musiques adoptées par la communauté. Cette dernière doit pouvoir s’identifier à lui au cours d’un lent et long processus.
Pour constituer un tel outil, il faut nombre de recherches, d’hésitations, de reprises.
Il convient de travailler dans la durée ce qui implique la répétitivité des éléments chantés.

Un projet pastoral
Constituer un répertoire ne peut se faire qu’en lien avec un projet pastoral. En effet, il ne peut être l’œuvre d’une seule personne ou d’une seule sensibilité. Il vise en effet une communauté composée de personnes différentes, qui viennent célébrer ensemble. Il nécessite donc le travail d’un groupe où sont représentés les porteurs du projet pastoral, les chantres-animateurs, les instrumentistes, le chef de chœur (s’il y a une chorale).

La communauté paroissiale a besoin de :
- l’ensemble des psaumes que l’on trouve dans les différents rituels liturgiques
- chants réservés à des temps liturgiques privilégiés : Avent, Noël et temps de Noël, Carême, Semaine Sainte, Pâques et temps pascal, Ascension, Pentecôte
- chants pour célébrer le dimanche : processionnaux d’entrée et de communion, chants d’offertoire, d’envoi ...
- chants pour célébrer les Fêtes du Seigneur
- chants pour les fêtes de Marie et des Saints
- chants pour les différents sacrements de la vie chrétienne, et pour les funérailles
- chants pour les veillées, les temps d’adoration et de prière
- chants pour la Liturgie des heures

Le répertoire existe, il doit être validé
Les communautés chantent. En ce sens, elles ont déjà un répertoire. Souvent, elles disposent d’un recueil.
Un travail préalable sur ce « répertoire de base » de la communauté est la première étape. Cette démarche consistera d’abord à trier : ce chant est-il à conserver ou à éliminer (voir les critères dans la fiche « Pour choisir un chant »).
Puis, ce tri permet de voir si on manque de chants pour telle ou telle période ou fête et donc de le compléter, en incorporant les chants qui viendront l’enrichir.
La reprise de chants anciens est aussi utile : c’est une façon de s’inscrire dans la tradition de l’Église.

Avec souplesse
Il est évident que certains chants n’ont de sens que pour un temps liturgique donné et, parfois même, pour un rite bien spécifique. Mais il en est d’autres qui, bien qu’ils soient classés dans tel temps liturgique, conviennent aussi pour les dimanches dans l’année ou pour d’autres célébrations.

Gestion

Le répertoire est un organisme vivant !
Quand un certain bagage de chants se trouve acquis par l’assemblée - ce qui suppose pédagogie et technique d’apprentissage - il s’agit de l’entretenir. Le répertoire existe parce que les chants aptes à nourrir la foi sont effectivement mis en œuvre dans les célébrations.
On aura soin d’utiliser les chants retenus dans le cycle des trois années liturgiques, ce qui valide leur présence au répertoire.
Les apports nouveaux sont basés sur des critères liturgiques, et permettent d’ajuster le répertoire.

Pourquoi organiser le répertoire ?
La liste des chants connus de l’assemblée et chantés plus ou moins souvent est très souvent beaucoup plus réduite que ce que l’on trouve dans les livres.
Disposer d’une liste de chants, c’est bien. Mais il est assez rare de trouver un répertoire organisé. On entend par là un répertoire où sont rangé de façon systématique tous les chants de l’assemblée.

Organiser le répertoire consiste à trier et classer les chants déjà connus.

Trier. Ce chant est-il à conserver ou à éliminer. Critères : qualité du texte, qualité de la musique, prosodie. Ce n’est pas parce qu’un chant "marche" qu’il est obligatoirement à garder. La reprise de chants qualifiés d’anciens est utile : comme tout rite, le chant a besoin d’être repris de temps à autre : c’est une façon de s’inscrire dans la tradition de l’église qui célébrait avant nous et qui célèbrera après nous.

Classer. Ordinaire / temps liturgiques / fonction dans une célébration.

Comment classer ? Reprendre systématiquement le classement du manuel CNA.

Annoter. Exemples : "baisser d’un demi-ton" ; "ce chant nécessite un soliste expérimenté" ; "chants pour une assemblée d’enfants". Etc.

Utilité de ce travail : instrument extrêmement utile pour les équipes liturgiques.
Facilite l’intégration de personnes nouvelles dans les équipes d’animation. Permet de voir si on manque de chants pour une certaine période, etc. Cela permet aussi d’éviter de chanter des chants inadaptés aux temps liturgiques. Par exemple, un chant qui contiendrait des "Alléluias" ne conviendrait pas au temps de Carême. Etc.
Au terme, on voit ce qui manque. Ce travail préalable sur le "répertoire de base" de la communauté permet d’incorporer les chants qui viendront l’enrichir en fonction des nécessités.

Qui doit le faire ?
Le répertoire est à relier au projet pastoral.
Il ne peut être l’œuvre d’une seule personne ou d’une seule sensibilité. Il vise en effet une communauté composée de personnes différentes, qui viennent célébrer ensemble. Donc travail d’un groupe où sont représentés les porteurs du projet pastoral, les animateurs et les musiciens.
C’est un travail long qui se fait dans la durée.

Comment trouver de l’aide ?
Si le chant est dans le CNA (*), on a alors une indication précise sur son utilisation.
S’il n’y est pas, les anciennes classifications peuvent aider. Mais il arrive que des chants soient mal classés.

Enrichir le répertoire
Souvent les communautés sont confrontées à un problème très pratique au moment de préparer une célébration réunissant plusieurs paroisses d’un même pôle ou pour une célébration diocésaine.
Ces célébrations perdraient une partie de leur sens si, de fait, elles excluaient par le programme choisi une des composantes.
C’est tout l’intérêt d’enrichir de façon systématique le répertoire de base.
Sources CNA ; répertoire diocésain.
Bien sûr, cela n’empêche pas d’avoir des chants propres à une communauté. Souvent d’ailleurs, les chants ont été expérimentés dans une communauté avant de figurer dans ces répertoires.

Quelques recommandations
Veiller à ce que la diversité des formes musicales soit représentée : hymnes, tropaires, cantiques couplets/refrain, litanies, acclamations...
Penser à constituer un fond de mémoire intergénérationnel.
Varier les styles et les genres : ne pas rester « tout Gouzes, tout Emmanuel, tout Berthier... »
Le CNA, les revues de musique liturgique, les recommandations du service diocésain sont de bons éléments de réflexion et de choix

Un document téléchargeable sur la Constitution d’un répertoire de chant paroissial a été créé par la commission diocésaine de musique pour aider les équipes paroissiales à réfléchir sur cette nécessité paroissiale.

(*) La référence CNA correspond au manuel « Chants Notés de l’Assemblée »


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site