Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet

Réunions d’échange de pratiques et d’expériences

"Seigneur, aide nous à continuer à sortir de nous-mêmes pour aller à la rencontre de l’autre, reflet de Toi. Aide nous ce soir à discerner comment enrichir nos pratiques dans l’accueil des réfugiés. Rappelle nous la beauté des rencontres qui se vivent dans nos paroisses avec et pour les réfugiés. Fais de nous des témoins de ton Amour et de ta Miséricorde."

La récolte des bonnes pratiques partagées et les idées produites sur les thèmes analysés ont été fécondes. Il est également ressorti une disposition à questionner les pratiques pour les enrichir.

Réunion du 15 mars 2017 à Notre-Dame-du-Calvaire à Châtillon : 42 participants de différentes paroisses et collectifs de bénévoles.
Réunion du 20 mars 2017 à Saint-Daniel à Asnières : 32 participants de différentes paroisses et associations.

L‘objet de la présente note est de tracer un « fil rouge » ou une « feuille de route » pour les perspectives 2017 en matière d’accueil et d’accompagnement des réfugiés. Les défis de la fin 2015 et de l’année 2016, à savoir répondre aux premiers réfugiés qui se sont tournés vers nous et s’organiser entre bénévoles pour faire face à la diversité des tâches, ont été relevés avec succès.

1. Nous avons constaté l’efficacité de l’élan de générosité, de dévouement et d’enthousiasme de tous, et ce, malgré quelques déceptions au démarrage dues à une mauvaise circulation d’informations et à la canalisation de l’offre de logements vers l’intermédiation locative ressentie par certains comme restrictive.

Pour toute doléance éventuelle, pour tout conseil, continuez de vous adresser à Bernard Willi, Laïc en Mission Ecclésiale, 0645049246).

En matière de communications générales ou sur un sujet particulier, ce dernier fera paraître un article chaque trimestre dans la Newsletter diocésaine. Un article sur le logement est déjà paru dans celle de février 2017.

2. La question d’ouvrir le réseau paroissial dédié à l’accueil et à l’accompagnement fraternel a été posée. Notons que cette ouverture existe dans certains collectifs. Par ailleurs, nous travaillons en réseau avec le Secours Catholique, avec JRS pour Welcome92, l’Oeuvre d’Orient et avec d’autres associations de solidarité au cas par cas, y compris avec la communauté musulmane.

Un exemple récent pourrait nous inciter davantage à cette ouverture : celui du « corridor humanitaire » pour la prise en charge en France de 500 syriens réfugiés au Liban pour laquelle la Conférence des Évêques de France s’est associée avec des communautés protestantes et la communauté Sant’Egidio.

Ouvrir le réseau paroissial nécessite un effort d’organisation et d’efficacité. Le partage d’information entre bénévoles est essentiel pour gagner en efficacité en s’appuyant sur la complémentarité de leurs compétences.

La structuration des actions des bénévoles est faite par la mise en place d’un référent qui fait l’interface entre les actions au quotidien des bénévoles et le curé de la paroisse et le Laïc en Mission Ecclésiale. Le référent doit être disponible, partager l’information et, cela va sans dire, ne pas être hégémonique.

D’autre part, il vous est proposé de créer une « fiche de liaison » par personne accueillie afin d’avoir une vision globale, de mieux identifier les priorités de chacun et de veiller à la bonne adéquation bénévoles/réfugiés en évitant les initiatives redondantes ou des oublis potentiellement préjudiciables. Le référent sera l’initiateur de cette création de « fiche de liaison » et la gardera confidentielle. Bien entendu, il est impératif que cette « fiche de liaison » ne doive pas être intrusive ; il reste absolument essentiel que tout bénévole s’abstienne de s’ingérer dans la vie ou l’intimité du réfugié.

3. L’apprentissage du français ou son perfectionnement est indispensable pour que les réfugiés s’intègrent dans la société française et puissent trouver un travail rémunéré, si possible en relation avec leur formation d’origine.

L’accompagnement fraternel des réfugiés permet d’entretenir le français courant. En amont, les bénévoles dispensent des cours de français de niveaux divers. Par ailleurs, outre Pôle Emploi où les cours sont gratuits, il existe d’autres organismes dispensateurs de cours de français, tels notamment, le CNAM ou Wintegreat.

De plus, www.wintegreat.org s’adresse à des réfugiés qui ont dû interrompre leur parcours d’études ou de formation ; le but est de faciliter l’insertion sociale, éducative et professionnelle des réfugiés.
Contact WINTEGREAT : www.wintegreat.org - Marguerite SALLES 0668860191

Selon les cas en présence, penser à accompagner les réfugiés dans leur démarche auprès de : www.enic-naric.net : le Centre d’information sur la reconnaissance des diplômes est un établissement public national au sein du Ministère de l’Éducation qui délivre une Attestation de Comparabilité pour un diplôme obtenu à l’étranger.

4. Les réseaux personnels des bénévoles sont essentiels pour trouver un travail rémunéré aux réfugiés. Il convient que chacun se mobilise dans ce domaine auprès de son employeur ou de ses relations. Certains des bénévoles font de la simulation d’entretiens d’embauche ; d’autres expliquent les codes du monde du travail et des entreprises.

Sur le site www.diocese92.fr sont listés des associations ou organismes dédiés à la recherche de travail et à la formation : ACTE ; AODE ; Le Parvis des Talents ; Solidarités Nouvelles face au chômage ; Visemploi. Par ailleurs, la Maison de l’Emploi et de la Formation de Nanterre (www.mefnanterre.org) peut orienter des réfugiés vers des employeurs potentiels après examen de leurs c.v.

Penser aussi au Groupe Recherche Emploi sur La Défense (GRED) : www.ndp92.fr/gred A. Troussard : 0147758325. Très utile pour s’exercer à la communication et mettre au point des outils de recherche d’emploi.
Il est aussi souhaitable de contacter au cas par cas les Entrepreneurs & Dirigeants Chrétiens (www.lesedc.org) qui ont constitué avec l’association Mozaïc RH, le réseau 1ère. chance.

5. En matière de logement, l’intermédiation locative constitue une solution provisoire ; au terme du dispositif, comment trouver un logement pérenne ? Tout d’abord, l’accompagnateur social doit proposer un tel logement, mais cette voie d’accès aux logements sociaux n’est pas toujours possible ou pratique. Il y a lieu alors de faire appel au marché privé et de trouver un propriétaire consentant à des conditions de prix préférentielles. Ceci peut être rendu possible avec un appui financier des paroissiens ou par le truchement éventuel du compte fléché de la Fondation Sainte-Geneviève.

Le chemin vers l’autonomie des réfugiés est rude ; l’autonomie et l’intégration des réfugiés étant le noble but des paroissiens et membres des collectifs, nous devons nous efforcer de mettre à disposition de chacun des refugiés les moyens dont il a besoin, ce qui demande beaucoup de disponibilité, d’abnégation, d’adaptabilité et d’humilité de la part des bénévoles. Notre récompense est l’amitié qui se crée avec les réfugiés et entre nous.




Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site