Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet
Accueil > À la Une > L’Église et le Pape > Synode sur la famille > Retour des consultations en paroisses

Saint-Gilles de Bourg-la-Reine et Saint-François-d’Assise d’Antony

RÉFLEXION SUR LE SYNODE DE LA FAMILLE
Groupe animé par Françoise et Marion

RÉUNION DU 4 FÉVRIER 2015 : ACCOMPAGNER TOUTES LES PERSONNES

BUT DE NOS RÉUNIONS :

Sous l’éclairage de ce que les évêques ont rédigé à la fin du synode des familles soit 62 paragraphes dont nous ne retiendrons que ceux liés aux 3 thèmes abordés, nous avons essayé de répondre aux 3 questions proposées par les évêques.
Nous sommes parties de ce qui se fait dans nos paroisses Saint-Gilles à Bourg-La-Reine et Saint-François-d’Assise à Antony, pour chercher à savoir ce que nous pourrions améliorer et ce qui nous empêche de le faire.

LES PARTICIPANTES :
- Françoise Maréchal membre de l’EAP à Saint-François-d’Assise
- Marion Fribourg animatrice des messes des familles à Saint-François-d’Assise
- Danièle Dabilly membre du groupe des Bienveillants à Saint-Gilles
- Josiane Riffaut membre de l’EAP à Saint-François-d’Assise
Nous tenons en premier lieu à remercier D. Dabilly qui est venue à cette première réunion .

Nous avons découpé en trois items le thème : ACCOMPAGNER TOUTES LES PERSONNES.
La solitude, le couple et ses difficultés et les personnes homosexuelles. Ces trois items seront étudiés au cours de 4 réunions.

- Le thème abordé ce soir est : LA SOLITUDE

En préambule de cette réunion nous lisons la fin du paragraphe 1 de l’introduction du document final des évêques : citation en italiques de la phrase du Pape François .

*Une première remarque est faite par les participantes :
La définition de la Famille n’est-elle pas trop limitée au couple + enfants dans l’esprit de ce texte ?

**Une deuxième remarque : Pour lutter contre la solitude en général, il existe déjà dans nos paroisses des occasions conviviales de rencontre .

À Saint-François-d’Assise :

- Les repas paroissiaux du premier jeudi de chaque mois, après la messe sont des moments de convivialité appréciés par des gens qui ne travaillent pas ou plus .
- Il en va de même pour les repas paroissiaux 3 ou 4 fois par an après la messe dominicale et tous les dimanches de juillet et août .
- L’exposition « des artistes du quartier » existe depuis 6 ans et permet de créer des liens en particulier avec des habitants du quartier non pratiquants ou non croyants .
- Une innovation à l’initiative de notre curé en septembre dernier : pour la fête de saint François, patron de notre paroisse, la bénédiction des animaux domestiques, souvent uniques compagnons de personnes seules.
Ces dernières sont venues nombreuses même si elles ne fréquentent pas habituellement notre église.
- L’accueil de la communauté catholique libanaise dans les locaux pour leur catéchisme .

À Saint-Gilles :

- Un barbecue tous les mardis en juillet et en août ;
- Le premier vendredi de chaque mois , un café après la messe de 9 h ;
- Tous les samedis matin un café de 10h à 12h dans le patio pour toutes les personnes qui le souhaitent qu’ils fréquentent ou pas la paroisse ;
- Un grand nombre d’associations interviennent sur Bourg-La-Reine. Elles font appel à de nombreux bénévoles ce qui rapproche des gens qui autrement ne se connaîtraient pas .

Nous avons ensuite plus précisément évoqué trois types de personnes pour lesquelles un accueil plus spécifique est sans doute à mettre en œuvre.

Les personnes éprouvées par le deuil, la maladie, et le grand âge

A : Le deuil
Ce qui se fait en paroisse :
À Saint-Françoi-d’Assise :

Le rétablissement des célébrations d ‘obsèques depuis 3 ans grâce à la présence et à la disponibilité de notre diacre Jean-Michel qui en assure un grand nombre de ces célébrations.

Le groupe accompagnant pour les obsèques :10 personnes se relaient avec Brigitte de Froberville comme coordinatrice .Il en faudrait plus.

Deux exemples ont été cités qui font remarquer que lors d’obsèques , l’attention apportée à la famille du défunt par le groupe des accompagnants, s’est traduite, par la suite, par une fréquentation plus régulière de ces deux familles de la paroisse.

À Saint-Gilles :

Le groupe « Mort et résurrection » est animé par 15 personnes qui accompagnent les personnes en deuil.
Tous les trimestres à toutes les messes du week-end (4 à Saint-Gilles) la liste des noms de toutes les personnes ayant fait célébrer leurs obsèques dans la paroisse , est énoncée .
Le groupe des Bienveillants est prévenu par le groupe de « Mort et résurrection » des besoins des familles après les obsèques : par ex, visite de soutien , orientation pour la gestion des papiers.

Le groupe des Bienveillants est constitué de 34 personnes qui se répartissent 4 quartiers .Il y a ainsi un maillage de la commune . Les informations sont rapidement transmises au bénévoles qui donnent ainsi des coups de main pour certaines taches de façon ponctuelle ( ils ne sont ni plombiers, ni serruriers, ni jardiniers, ni femmes de ménage mais aident à trouver du dépannage.

Ce que l’on pourrait améliorer :
À Saint-François-d’Assise :

La célébration d’obsèques est affichée dans la semaine . Il est bien sûr difficile d’afficher ce type de célébration avec de l’avance ! Il n’est pas toujours facile de passer lire ces informations .Souvent les paroissiens apprennent à la messe du dimanche suivant ou plus tard que les obsèques d’un paroissien auxquels il aurait aimé participer, ont déjà a eu lieu .
Ne pourrait -on pas avoir une information par internet pour les personnes de la paroisse désirant être prévenues de ces célébrations ? On pourrait créer une liste de diffusion . S’y inscrivent les personnes qui le désirent. Si des obsèques ont lieu dans la semaine l’information est transmise à ceux qui le souhaitent.

Après les enterrements : comment venir soutenir les familles éprouvées ? Quelles attentions pour elles :mail, coup de fil, présence auprès d’elles durant les messes suivantes … ? Pour le moment il n’y a pas de groupe qui s’occupe de ce post-enterrement.

Information de dernière minute : un accompagnement en voiture de Mme Coffin dont le mari est décédé récemment,vient d’être mis en place pour la messe du dimanche.

Ce qui nous empêche d’aller plus loin : manque de temps, de personnes et d’informations.

B : La maladie
Ce qui se fait en paroisse :
À Saint-François-d’Assise :

PE Marchand est aumônier à l’HPA. Il se rend 2 fois par semaine sur place et apporte la communion à ceux qui lui en ont fait la demande .
Des visites individuelles aux personnes connues. Il faut que les paroissiens soient informés de cas ponctuels .
Une initiative a été faite concernant un paroissien très attaché à Saint-François-d’Assise : on lui envoie le feuillet paroissial : la Croix de Berny.

À Saint-Gilles :

Le Service évangélique des malades est un groupe de 25 personnes qui s’occupe des malades. Le SEM est structuré au niveau national avec une formation spécifique des bénévoles. Ils assurent au niveau des maisons de retraite tel que La Résidence Molière, Castelregina .. des visites, des messes et apportent la communion.
Les Bienveillants assurent ce service au domicile des malades.
Le Sacrement des malades est donné une fois par an en alternance dans les deux paroisses.

Ce que l’on pourrait améliorer :
À Saint-François-d’Assise :

N’ayant pas d’équipe formée, les paroissiens font du coup par coup selon les besoins et les demandes.

Ce qui nous empêche d’aller plus loin : toujours les ressources humaines et la formation des bénévoles.

C : le grand âge

Nous relisons la fin du paragraphe 6 de l’introduction du document final du synode des familles.
Les mots indiquant les personnes âgées uniquement sous le terme « des poids pour les familles », nous paraissent un peu durs ou insuffisants : cf Première remarque au début de notre CR.

Ce qui se fait en paroisse :

À Saint-François-d’Assise :

Maison de retraite Florian Carnot : visites ,messes certaines semaines et messe de Noêl, sacrement des malades. Une équipe est en place avec Monique Debrun et des bénévoles de Saint-Saturnin ,…
Pour celles et ceux qui peuvent se déplacer, les repas paroissiaux après la messe sont un moment de convivialité qu’elles apprécient.

À Saint-Gilles :

C’est le groupe des Bienveillants qui est en charge de l’accueil et l’écoute des personnes du grand âge .
Yves Doubliez diacre délégué auprès de l’évêque pour la diaconia ( le service ) mutualise les réseaux de « tables ouvertes ».

Ce que l’on pourrait améliorer :

Pas de groupe à Saint-François-d’Assise, pour les personnes âgées en forme qui ont besoin d’un petit coup de main ou coup de fil selon affinité.

Ce qui nous empêche d’aller plus loin : toujours les ressources humaines et la formation des bénévoles.

Les personnes célibataires :

Nous parlons de ceux qui fréquentent la paroisse mais le plus souvent on méconnaît le statut des gens. Les expressions « vieilles filles » ou « vieux garçons » ont heureusement presque disparu du langage courant et certaines personnes ayant fait le choix du célibat ou l’ayant accepté positivement, sont parfaitement épanouies.

Ce qui se fait en paroisse :

À Saint-Gilles :

Le groupe des jeunes « professionnels ou étudiants de moins de 30 ans » s’est formé lors de la préparation des JMJ de 1997.
Il y avait à ce moment là, beaucoup de choses à faire et on a mobilisé des gens qui ont d’abord fait un « café chrétien » pour accueillir des personnes étrangères le soir. En fait ce sont près de 850 jeunes de la région de Bordeaux qui sont venus ainsi que quelques Polonais, Portugais et Vietnamiens. Par la suite, le café chrétien a cessé de fonctionner .
Mais le samedi, le café de la matinée à Saint-Gilles est le point de départ et d’arrivée du jogging des jeunes adultes de la paroisse.

Ce que l’on pourrait améliorer :

Faire des invitations chez soi en « mélangeant » les célibataires et les couples.

Se mettre déjà à côté d’eux durant la messe ou au repas paroissial si on constate que quelq’un est seul.

Ce qui nous empêche d’aller plus loin :

Avoir connaissance de la situation des gens et oser.

La Famille monoparentale :

Nous avons relu la fin du paragraphe 47. La famille monoparentale englobe plusieurs situations très différentes.

- Les femmes célibataires ayant des enfants à charge et qui se trouvent souvent devant des difficultés socio économiques énormes.

- les parents, femme ou homme, divorcés qui assurent conjointement ou non l’éducation de leurs enfants.

- des hommes ou des femmes qui sont veufs ou veuves avec des petits enfants et dont les ressources trop modestes créent de graves problèmes.

Nous ne connaissons pas forcément ces familles … mais les animatrices de KT sont souvent plus au courant à cause des problèmes d’accompagnement des enfants…

Il faudrait pouvoir créer un lieu d’accueil, un groupe de parole dans les paroisses qui permettrait aux personnes de famille monoparentale d’échanger sur leur quotidien , leur vécu et leurs difficultés …

Faire un lien ou une passerelle avec les associations qui s’occupent de ces personnes.
par exemple, le Secours Catholique ou Habitat et Humanisme, ce dernier groupe plus spécialisé dans le logement et l’accompagnement de ce type de familles.

Il n’existe rien de bien spécifique dans nos deux paroisses : donc tout est à inventer !!
Ne pourrions nous pas créer un groupe de travail qui réfléchirait à trouver des solutions d’aide et de soutien adaptées aux familles monoparentales ?

CONCLUSION :

À la fin de cette réunion qui fut très instructive et riche, Danièle nous a parlé d’un après-midi au mois de janvier, qui avait eu lieu à Saint-Gilles, au cours duquel quatre ateliers étaient proposés aux participants (paroissiens ou non). Il s’agissait d’ ateliers sur des gestes de secours : Réanimation cardiaque,utilisation d’un défibrilateur, gestes en cas de fausse-route, et comment se relever ou aider à relever quelqu’un après une chute .
Cela aurait surement intéressé beaucoup de personnes de Saint-François-d’Assise. D’ou l’évidence que la communication entre nos deux paroisses semblent très minime et que l’intensification de nos échanges est urgent .
Nous pourrions commencer par échanger nos feuilles paroissiales, ce serait déjà un début !


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site