Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet

Témoignage de Marjorie

Marjorie, 38 ans, est mariée et a deux enfants. Avec trois autres catéchumènes, elle a été baptisée et a communié pour la première fois au cours de la vigile pascale 2015, à la paroisse Saint-Louis de Garches. Elle a été confirmée 50 jours plus tard à Pentecôte 2015 à l’Immaculée-Conception de Boulogne-Billancourt, avec les autres adultes du diocèse.

" D’aussi loin que ma mémoire remonte, j’ai toujours eu la foi, j’ai toujours cru. L’existence de Dieu était pour moi aussi évidente que le fait de constater que le soleil se levait chaque matin. Je viens d’une famille catholique, parents baptisés mais non pratiquants habités par une croyance assez vague. Ils n’ont jamais cherché à m’encourager sur le chemin de la foi. Et pourtant, j’étais en demande. Jusqu’à l’âge de 8 ans, c’est une femme de mon village qui s’est occupée de nourrir ma foi. Elle m’emmenait à l’église tous les dimanches et m’apprenait à prier. Par la suite, nous avons déménagé, et mes parents m’ont inscrite dans une école privée catholique, plus pour des raisons de niveau de scolarité que pour l’enseignement religieux. Mais j’ai profité de toute cette scolarité pour nourrir ma foi. J’ai suivi les cours de catéchisme, j’allais à l’église tous les jeudis midi au sein de l’école. Je me réfugiais dans la bibliothèque des sœurs pour lire sur Jésus… À l’âge de 13 ans, j’ai demandé le baptême au prêtre de l’école. Il m’a expliqué que le temps de préparation serait long et fastidieux (2 ans, toutes les vacances scolaires, des retraites, des séminaires …). Sur le fond cela ne m’inquiétait pas plus que ça, mais j’ai demandé pourquoi je devais faire tout ça. Il m’a répondu que je devais me racheter de mes péchés parce que je n’étais pas digne de Dieu. Je n’ai pas compris sa réponse, j’étais furieuse contre lui et j’ai claqué la porte en lui disant que j’étais certaine que Dieu saurait faire la différence entre nous deux. Baptême ou pas…
Je suis restée fâchée pendant plus de 20 ans contre les membres de l’Église. Je cultivais ma relation à Dieu, seule, me réfugiant dans les églises en dehors des heures de messe. Et cela me suffisait. Puis la question du baptême de mes enfants s’est posée. Comment leur expliquer l’importance de Dieu dans ma vie si je n’étais pas capable de pardonner et de prendre place dans cette Église ? Cette question est restée entière jusqu’à la mort de mes trois derniers grands-parents. Ils sont partis tous les trois en l’espace d’un mois et ont tous été accompagnés par un office religieux. Lors de la dernière cérémonie, j’ai reçu un appel de Dieu. Impossible de l’expliquer. Mais l’évidence du baptême et de mon entrée dans la communauté catholique s’est inscrite au fond de mon cœur. Je me suis donc laissée faire. Peu m’importait la soi-disant longue préparation, la seule chose qui m’animait était de me rapprocher de Dieu et de, pour une fois dans ma vie, pouvoir partager ma foi. Je ne m’étais jamais rendue compte que j’avais un rôle à jouer, que je devais participer, m’investir pour que ma foi soit encore plus grande, plus forte. Le jour de mon baptême a certainement été un des jours les plus importants de ma vie, et je suis très heureuse de l’avoir vécu en pleine conscience. Pour ma confirmation, il en a été de même. J’ai ressenti un profond sentiment de bonheur et de plénitude. J’ai été infiniment touchée par la cohésion et la puissance de l’assemblée. Désormais, je me sens appartenir à cette communauté, j’en suis l’un des membres avec toutes les responsabilités que cela implique. Mon seul objectif sera d’essayer d’être à la hauteur.
"


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site