Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet

Témoignages rassemblement national Ecclesia Cantic

Interviews d’Amaury et Florence

Participants au rassemblement des étudiants et jeunes professionnels (18-35 ans) Ecclesia Cantic 2017
autour du chant liturgique



Comment avez-vous eu connaissance de ce rassemblement national autour du chant liturgique à l’église Saint Sulpice à Paris le week-end du 25-26 novembre dernier pour chanter et célébrer ?

Amaury : J’ai eu connaissance de ce rassemblement par l’aumônerie de l’École Centrale et aussi par la chorale de jeunes d’Antony dont je fais partie.

Florence : Je fais partie du Chœur Saint Jean-Paul II de la paroisse Saint Jean-Baptiste de Grenelle, qui est venu en masse : plus de 40 participants !

Quelles ont été vos motivations pour venir à ce rassemblement ?

Amaury : Je voulais vivre quelque chose de fort et voir ce que cela faisait d’être dans une foule immense qui chante la gloire de Dieu.

Florence : La curiosité. J’avais raté la précédente édition et les échos que j’en avais eus m’incitaient à ne pas rater celle-ci, d’autant plus que j’approche doucement de l’âge limite (35 ans) ! Je souhaitais aussi voir comment évolue ce rassemblement, qui, d’une initiative de quelques jeunes, devient un lieu de témoignage et d’évangélisation, en lien avec l’Institution ecclésiale. Et ce lien est primordial... Ne serait-ce que pour éviter un cloisonnement, un entre-soi qui ne répondrait pas à la vocation d’Ecclesia Cantic.

Et vous n’avez pas été déçus ?

Amaury : Au contraire ! Cette session a pleinement répondu à mes attentes : découvrir comment témoigner de sa foi en chantant pour d’autres. Ma joie était grande de voir que nous sommes très nombreux dans ce renouveau liturgique, et que tous ensemble nous pouvons faire de grandes choses, pour Sa plus grande gloire.

Florence : J’ai été frappée par la joie, l’enthousiasme qui émanaient de cette foule, par la qualité de l’organisation… Merci aux organisateurs et aux bénévoles ! J’ai été marquée aussi par la diversité des participants : tous communiaient dans le chant. C’est une expérience extraordinaire ! Et j’ai été très impressionnée par la variété des 28 « masterclasses » proposées : 13 techniques, 7 liturgiques et 8 « témoignages » : on avait vraiment l’embarras du choix !

Qu’avez-vous choisi ?

Amaury : J’ai particulièrement aimé la masterclasse animée par le philosophe Fabrice Hadjaj sur « l’anthropologie des bienheureux ». L’atelier de technique vocale pour ténors m’a fait faire des progrès immédiats : j’ai l’impression de pouvoir « monter » plus facilement !

Florence : Je n’ai pas pu suivre la masterclasse de Fabrice Hadjaj mais, au début du rassemblement, il a proposé une réflexion sur le chant et j’ai particulièrement apprécié son propos sur la dimension eschatologique du chant et la « certitude d’une transfiguration » à l’exemple d’un dialogue tiré du Seigneur des Anneaux ! Tolkien est un auteur qui a une réflexion très riche sur le chant. Le premier conte du Silmarillion a été très important pour moi, quand j’ai commencé le chant au sein d’un chœur liturgique il y a un peu plus de 10 ans… Lors de cette session d’Ecclesia Cantic, j’ai participé aux masterclasses sur le chant grégorien, les bases de l’écriture musicale et les gestes de la liturgie, par le Frère Carme, Jean-Baptiste du Jonchay. Passionnants…

Quelles sont les impressions qui vous ont le plus marqué ?

Amaury : Tous les chants étaient très beaux et profonds. Quand nous avons chanté « Mon Dieu, ma miséricorde », j’ai vécu un moment de joie indescriptible et une sensation de paix profonde. J’ai été frappé de voir le grand dynamisme de l’Eglise d’aujourd’hui. Que nous sommes très nombreux à nous engager dans le renouveau liturgique. Et que ce renouveau porte déjà des fruits : il y avait 3000 personnes au concert et à la messe du Christ-Roi qui ont clôturé la session. Et tous n’étaient pas forcément des chrétiens militants. Mais tous ont ressenti cette foi extraordinaire portée par le chant. Le « Je vous salue Marie » chanté à 3000 était poignant.

Florence : Le chant « Mon Dieu, ma Miséricorde » est également le chant qui m’a le plus émue. Cette session a renforcé ma détermination à continuer à me former pour le service de la liturgie. Je suis depuis un an et demi le parcours de formation du CML (Certificat de Musique Liturgique) à l’Institut Catholique de Paris, qui a le grand avantage, entre autres, de proposer des clés de discernement aux chantres animateurs et responsables diocésains : on peut avoir des années de pratique et n’avoir jamais reçu de formation sur la liturgie, sur l’héritage de Vatican II, le rôle du chantre, ministre au service de participation active de l’assemblée… une assemblée dans laquelle le Christ est présent. Avoir conscience du sens des signes que nous posons en tant que chantres est essentiel. Les possibilités de formation pour les jeunes sont parfois méconnues, or les jeunes ont soif d’enseignements …

Quelles suites envisagez-vous pour vous à ce rassemblement ?

Amaury : Je souhaite perfectionner ma technique de chant, mais aussi travailler sur le message que je fais passer en chantant. Et pourquoi pas me former à la direction chorale !

Florence : Je vais continuer à approfondir ma réflexion sur le chant, à me former, à participer à des rencontres sur la liturgie, comme ANCOLI, par exemple, et je vais voir avec les responsables de la pastorale liturgique et sacramentelle du diocèse de quelle façon je pourrais me mettre au service de la liturgie en plus de mes engagements en paroisse (Sainte Thérèse d’Avila, à Châtenay-Malabry). Je suis convaincue qu’il y a beaucoup à faire du côté des plus jeunes.

Alors rendez-vous à Angers en 2019 ?

Florence et Amaury : on aimerait bien !

Vous pouvez revivre cet événement avec le reportage de KTO et visionner plusieurs vidéos du concert public du samedi 25 novembre 2017 à l’église Saint-Sulpice avec le lien.
Une chorale de 1100 jeunes !

En complément de ces témoignages nous vous en livrons plusieurs autres avec la revue de presse suivante (documents téléchargeables) :
- Journal La Croix du 25 novembre 2017
- Journal Aleteia du 25 novembre 2017
- Journal Famille Chrétienne du 25 novembre 2017


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site