Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet
Accueil > Prier et Célébrer > Vocations > Vie consacrée

Vie consacrée, le pape François appelle au « témoignage à contre-courant »

Le pape a adressé de vigoureux messages en direction du monde de la vie consacrée, pour qu’il ne renonce pas à demeurer un exemple dans la société.
La vie religieuse est chère au pape François. Les supérieurs d’ordres masculins ont pu s’en rendre compte le 29 novembre 2013. Ce matin-là, ce qui devait être initialement une brève salutation s’est transformé en échange de quatre heures, durant lesquelles le pape livra ses réflexions sur le sujet et annonça, en primeur, une Année de la vie consacrée.

« C’est une idée qu’il nous avait soumise dans l’été avant même que nous ne la lui proposions », se souvient le cardinal Joao Braz de Aviz, préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, sorte de ministre des ordres religieux à la Curie romaine. Le prétexte officiel est le 50e anniversaire du décret Perfectae caritatis qui, sous Paul VI, remodela la vie consacrée.

FAIRE VALOIR « LA JOIE » D’ÊTRE RELIGIEUX
Sur le fond, l’inquiétude porte sur la chute des vocations religieuses et son corollaire, le vieillissement des ordres, avancé dans les pays occidentaux. « Le but est d’éviter de tomber dans l’art de mourir », résume le cardinal brésilien, espérant que l’Année commencée avec l’Avent fera valoir « la joie » d’être religieux.

« La vie consacrée ne grandit pas si nous organisons de belles campagnes vocationnelles mais si les jeunes qui nous rencontrent se sentent attirés par nous », écrit le pape François dans sa lettre aux religieuses et religieux pour le début de l’Année de la vie consacrée.

Dans ce long texte, où il détaille ses attentes, le pape s’adresse aux religieux aussi en tant que « frère consacré à Dieu comme vous ». Le fait que Jorge Bergoglio soit lui-même un religieux « a joué beaucoup » pour sensibiliser l’Église à ces questions, reconnaît le cardinal Braz de Aviz.

ENCOURAGER LA FORMATION « ARTISANALE »
Préoccupé en particulier que de 3 ?000 à 4 ?000 religieux par an quittent les ordres dans le monde, le pape jésuite a insisté pour que l’Année mette en avant le besoin de formation continue des personnes consacrées et celui d’un juste discernement en amont.

« Autrement, nous formons des petits monstres. Et ensuite, ces petits monstres forment le peuple de Dieu. Cela me fait vraiment venir la chair de poule », confiait-il aux supérieurs religieux, conseillant une formation « artisanale » personnalisée.

À cet égard, la vie en communauté représente le meilleur soutien des religieux pour celui qui a refusé de vivre isolé au Vatican. « Ne vous laissez pas asphyxier par les petites disputes de maison », recommande-t-il aux consacrés dans sa lettre apostolique, alors que les communautés mêlent aujourd’hui des personnes de toutes nationalités, de générations opposées, et associent des laïcs.

OFFRIR UN « MODÈLE CONCRET DE COMMUNAUTÉ »
Justement, pour le pape François, « dans une société de l’affrontement, de la cohabitation difficile entre des cultures différentes, du mépris des plus faibles, des inégalités, nous sommes appelés à offrir un modèle concret de communauté ». La correction fraternelle, l’attention aux plus fragiles et la mise en commun des biens participent à une « mystique du vivre-ensemble », qui devrait faire des religieux des « experts en communion ».

Un témoignage sans pareil sur lequel mise le pape. « Montrez que la fraternité universelle n’est pas une utopie mais le rêve même de Jésus », invitait-il dans un message lu pour l’entrée dans l’Année de la vie consacrée. Il s’agit de témoigner « à contre-courant » de la société pour « réveiller le monde ».

Avec une radicalité de prophète ? : « Jamais un religieux ne doit renoncer à la prophétie. » Mais en témoignant, en même temps, de manière adaptée « aux besoins du monde », prêtant attention en particulier au « cri des pauvres ».

RÉPONDRE DAVANTAGE AUX « EXIGENCES DE L’ÉVANGÉLISATION »
À condition aussi de rester crédibles. Dans sa lettre aux religieux pour l’Année, le pape « souhaite l’allègement des structures, la réutilisation des grandes maisons en faveur d’œuvres répondant davantage aux exigences actuelles de l’évangélisation et de la charité ».

Déjà, le 10 septembre 2013, il avait prévenu des religieux à Rome ? : « Les couvents vides ne servent pas à l’Église pour les transformer en hôtels et gagner de l’argent. Les couvents vides ne sont pas les nôtres, ils sont pour la chair du Christ que sont les réfugiés. » Le pape encourage à une gestion « transparente et professionnelle » des instituts religieux. Déjà le Vatican a réuni en mars dernier des économes de 500 instituts religieux sur la gestion de leurs biens. Un symposium inédit organisé, comme le confirme le cardinal Braz de Aviz, « sur demande du pape ».

SÉBASTIEN MAILLARD (à Rome)

- Télécharger l’article


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site