La joie de l'Evangile
dans les Hauts-de-Seine !

Aller jusqu’au bout du marathon - 28/05/2021


Vous savez que le Pape François a souhaité que pendant tout le mois de mai, traditionnellement qualifié de « mois de Marie », l’Eglise tout entière s’engage dans un « marathon de prière » afin de prier en particulier pour que nous sortions enfin de cette éprouvante crise sanitaire. Depuis le début du mois de mai, chaque soir, un sanctuaire marial accueille à 18h la récitation du chapelet. Certains d’entre vous se sont sûrement unis à ces beaux temps de prière, organisés dans le monde entier, grâce à la chaîne de télévision KTO. Marie nous aide à prier sans nous lasser, comme y invite Jésus dans l’évangile, sûrs que le travail d’ajustement à la grâce de Dieu opéré par la prière porte des fruits universels de disponibilité spirituelle.

Ce « marathon » se conclura lundi 31 mai en la fête de la Visitation avec le Pape François lui-même qui mènera la prière depuis Rome avec toute une série de sanctuaires réunis en multiplex par les miracles de la technologie. Parmi ces sanctuaires, il y aura Notre-Dame de Boulogne, lieu de prière sept fois centenaire situé dans le diocèse de Nanterre. Je vous encourage à venir sur place lundi 31 pour 18h afin de vous unir concrètement à la conclusion du marathon marial initié par le Pape. L’image bien connue de Notre-Dame de Boulogne, Marie dans une barque qui ne se laisse par engloutir par les flots, est une belle icône du mystère de l’Eglise, stimulante en cette période d’épreuves ecclésiales de toutes sortes.

Il est vraiment beau que le mois de Marie s’achève le 31 mai en la fête de la Visitation, c’est-à-dire de la rencontre pleine de foi et de joie de deux cousines, Elisabeth et Marie, l’une qui se prépare à mettre au monde le dernier des prophètes d’Israël, l’autre qui va enfanter le Sauveur de tous les humains. Cette rencontre suscite la louange qui éclate dans le Magnificat. La rencontre, la foi, la joie, la louange, voilà bien des fruits de la prière et des lieux de guérison pour notre monde blessé de toutes sortes de manières. Un marathon à pied peut être épuisant, un marathon de prière est d’emblée vivifiant et on peut le rejoindre à quelques mètres de la ligne d’arrivée. Ne manquez donc pas de le rejoindre même en marche !