La joie de l'Evangile
dans les Hauts-de-Seine !

Consubstantiel au Père - 24/12/2021


Nous voici à quelques heures de la célébration de Noël : quelle joie de pouvoir nous retrouver dans la louange et la prière pour accueillir de manière renouvelée la présence de Jésus, l’Emmanuel, « Dieu qui nous sauve », « Dieu avec nous » !

Chaque année à Noël et à l’Annonciation, nous sommes invités à nous mettre à genoux ou à nous incliner profondément durant le « Je crois en Dieu » au moment où nous évoquons l’incarnation du Fils de Dieu : « il a pris chair de la Vierge Marie et s’est fait homme ». Le patrimoine musical nous offre de magnifiques compositions autour de cet « et incarnatus est… », que les chorales paroissiales continuent de reprendre avec ambition musicale et liturgique, et avec joie.

Cette année, nous proclamerons notre foi en l’Incarnation avec la traduction renouvelée, ou plutôt réenracinée, du Credo : « Il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu, engendré, non pas créé, consubstantiel au Père, et par lui tout a été fait ». Ce mot « consubstantiel » est beaucoup plus fort que l’expression « de même nature » qui peut s’appliquer à toutes sortes d’unité et ne dit pas assez la singularité absolue de la communion du Père et du Fils. Il est le fruit d’un discernement intense au moment du premier concile œcuménique à Nicée en 325. Il constitue un véritable trésor pour notre foi.

Certains se demandent sûrement si ce changement a vraiment de l’importance voire tout simplement du sens, ou encore si un mot si savant est effectivement accessible au plus grand nombre, au commun des mortels croyants… Ne sous-estimons pas la capacité spirituelle de nos frères et sœurs dans la foi, même les plus modestes. Les disciples enracinés savent que la communion du Père et du Fils est absolument unique et que c’est pour cela qu’elle est la source de notre communion avec Dieu et entre nous.

Croire que le Fils est consubstantiel au Père, c’est aussi découvrir à quelle qualité, à quelle profondeur de communion nous sommes appelés. C’est la Bonne Nouvelle de Noël !