La joie de l'Evangile
dans les Hauts-de-Seine !

Cultiver l’esprit de communion - 13/11/2020


Chacun d’entre nous réagit différemment, en ce temps de reconfinement notamment cultuel, à l’impossibilité de participer à la Messe. Beaucoup en sont tristes mais parviennent à peu près à trouver la paix du cœur par la communion spirituelle, la méditation, personnelle et familiale, de la Parole de Dieu, ainsi que tous les liens de communion fraternelle, notamment avec les plus pauvres, qui prolongent et déploient le mystère eucharistique.

Mais certains sont en colère parce qu’ils trouvent injuste et disproportionnée cette décision officielle. D’autres sont en colère aussi mais parce qu’ils trouvent déplacé que les premiers fassent connaître leur malaise. Ici et là, sur les réseaux sociaux en particulier, on voit se diffuser beaucoup d’acidité, stimulée par la fatigue, l’incertitude voire le découragement général.

Dans ce contexte, mes amis, je vous recommande le verset 8 du Psaume 36 : « Laisse ta colère, calme ta fièvre, ne t’indigne pas : il n’en viendrait que du mal ». Ou encore Galates 5, 15 : « Si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres ».

L’eucharistie est un mystère de communion, de communion avec le Christ et, par Lui, avec Lui et en Lui, de communion ecclésiale. Toute déclaration au sujet de l’eucharistie exprimée sans esprit de communion se disqualifie elle-même, n’a ni sens ni portée, peut être considérée comme nulle et non avenue. La diversité des approches est légitime mais elle doit être passée au crible de la prière, de la charité fraternelle, de l’esprit de communion.

Si vous ne comprenez pas l’acharnement des uns ou la résignation des autres, au lieu de le dire de manière agressive, essayez de chercher la part de vérité portée par celui ou celle dont vous ne partagez pas spontanément l’opinion. C’est cela l’esprit de communion, le véritable esprit eucharistique. Je vous laisse avec une dernière recommandation de saint Paul : « Aucune parole mauvaise ne doit sortir de votre bouche ; mais, s’il en est besoin, que ce soit une parole bonne et constructive, profitable à ceux qui vous écoutent » (Ephésiens 4, 29).