La joie de l'Evangile
dans les Hauts-de-Seine !

L’éclairage spirituel de Mgr Matthieu Rougé - 01/01/2021


Quelle joie d’avoir pu célébrer Noël il a quelques jours.
Il y a quelques semaines, quelques jours auparavant, quelques heures auparavant, il n’était pas encore sûr que nous puissions nous rassembler à Noël, pour célébrer la naissance du Sauveur. La naissance de l’Emmanuel - Dieu avec nous - la naissance de Jésus - Dieu qui nous sauve - a fait figure, cette année plus que jamais, d’une manière de miracle.

Prenons le temps de garder dans nos cœur la mémoire de ce qui nous a été donné. La naissance de Jésus, dans la nuit de la désorganisation de Bethléem, prise dans les affres, non pas d’une crise sanitaire, mais d’une crise politique est un immense recensement. C’est un surgissement de lumière. Aujourd’hui, comme hier, Noël constitue l’humble triomphe de la lumière. Aucune ténèbre ne peut nous enfermer définitivement, même celle que génère le coronavirus. Dans nos obscurités, Dieu fait surgir humblement un faisceau de clarté.

La naissance de Jésus c’est Marie qui enfante, qui dépose son enfant dans la crèche. C’est Joseph, qui le prend dans ses bras. Ce sont des parents qui accueillent le corps et le cœur de leur enfant, révélateur de la vérité de notre condition humaine, qui en prennent concrètement soin. A l’enfer des relations intégralement numérisées et finalement déshumanisées, Jésus oppose le paradis en travail d’enfantement à la beauté de vrais contacts humains où les visages se contemplent, où les mains se serrent, où les corps et les cœurs s’étreignent.

Vivement le jour légitiment venu, de la levée des gestes qui blessent la vérité de notre vocation humaine. A Noël, les bergers endormis sont réveillés par la beauté du chant des anges. Il est encore temps que nous nous laissions tous réveillée par la beauté de Noël. Résistons à la léthargie du découragement et de l’inquiétude pour vivre en témoins de la véritable lumière.