Pendant le temps de confinement, les offices de la Semaine Sainte se dérouleront en l’église Sainte-Marie des Fontenelles de Nanterre.

Ils seront retransmis en direct sur les pages Facebook et Youtube du diocèse.


Ce que dévoile le refus du voile 22/11/2019


Avez-vous appris qu’un responsable des services sociaux da ville de Vesoul a tout récemment refusé une place en résidence de personnes âgées à une vieille religieuse, au prétexte qu’elle portait un voile ? Beaucoup, dans la variété de leurs convictions, se sont alarmés d’une telle intolérance qui a rapidement fait polémique sur les réseaux sociaux. Exclure cette pauvre sœur avec son petit voile de religieuse apostolique, c’est comme si on avait congédié Sœur Emmanuelle – et toutes celles qui lui ressemblent, vives et dévouées – de notre mémoire nationale, de notre patrimoine commun de générosité et de spiritualité.

Le maire de Vesoul, Alain Chrétien, au nom prédestiné pour la circonstance, a immédiatement mis un coup d’arrêt à la polémique naissante, en se démarquant de la décision de ses services sociaux. Mais que s’était-il donc passé ? Ayant eu à traiter une situation semblable dans une des paroisses dont j’ai été le curé, j’imagine bien les raisons de cet incident : tétanisé par la chasse collective et diffuse aux manquements à la laïcité, légitimement inquiet d’infractions régulières aux règles de neutralité de la part d’agents du service public, ce responsable a sur-interprété le droit en voulant bannir tout signe d’appartenance religieuse de l’environnement placé sous sa responsabilité.

Il nous faut constamment remettre de la rationalité et de la précision dans ce domaine si nous voulons favoriser la paix. En France, l’Etat – c’est-à-dire les responsables politiques et les services publics – est laïc mais pas la société comme telle – l’espace commun où vivent et peuvent s’exprimer croyants et non croyants. S’il est légitime d’exclure les signes « ostensibles » d’appartenance religieuse des services publics et de l’éducation nationale, il n’est pas rationnel de diaboliser l’engagement de foi comme tel. Vouloir bannir le religieux est d’ailleurs toujours un mauvais calcul : c’est fabriquer de la frustration religieuse potentiellement violente.

Régis Debray a publié il y a quelques années un livre intéressant intitulé Ce que voile le voile. La République et le sacré. Ce que dévoile le refus du voile de cette pauvre religieuse, c’est une laïcité inutilement agressive parce que coupablement imprécise…heureusement tempérée par la sagesse d’un maire de terrain !

Pour s’inscrire au Podcast : https://radionotredame.net/emissions/leclairage-spirituel/
— -