La joie de l'Evangile
dans les Hauts-de-Seine !

L’unité des chrétiens au service des libertés - 12/03/2021


Sans doute avez-vous vu que Mgr Emmanuel, principal évêque orthodoxe en France, le Pasteur François Calvairoly, Président de la Fédération protestante de France, et Mgr Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la Conférence des évêques de France, ont pris la parole ensemble pour mettre en lumière les risques que la loi « confortant les principes de la République », actuellement en cours de discussion au Parlement, fait courir à la liberté d’expression, d’association et d’éducation.

Ce signe est fort et ce texte est vigoureux. Les responsables chrétiens reconnaissent évidemment l’importance de lutter contre les radicalisations génératrices de violence. Bien des dispositions du projet de loi gouvernemental sont reconnues légitimes et probablement efficaces. Cependant, affirment sans détour évêques et pasteur, « Par sa logique interne, quoi qu’il en soit des intentions, ce projet de loi risque de porter atteinte aux libertés fondamentales que sont la liberté de culte, d’association, d’enseignement et même à la liberté d’opinion malmenée déjà par une police de la pensée qui s’installe de plus en plus dans l’espace commun ».

Je vous recommande de lire l’intégralité de ce texte, par exemple sur le site de la Conférence des évêques « eglise.catholique.fr ». Il pose bien des questions salutaires : Comment prétendre construire une société de liberté en bridant la liberté religieuse au lieu de traiter d’abord comme tels les problèmes de sécurité et d’ordre public ? Pourquoi, avec l’objectif juste et urgent de lutter contre les « séparatismes », compliquer la vie de communautés chrétiennes qui contribuent largement à la solidarité, à la cohésion sociale et à la paix ? Ne risque-t-on pas de générer du séparatisme, à rebours de intentions affichées, en durcissant les modes d’intégration sociale paisible de la vie croyante ?

Le Sénat a une tradition de sagesse et de défense des libertés : puisse le débat qui est sur le point d’y débuter rééquilibrer ce projet de loi pour qu’il porte vraiment des fruits de justice et de paix.