La joie de l'Evangile
dans les Hauts-de-Seine !

La stratégie de l’amour et de la vérité - 11/02/2022


Il y a quelques jours, il aura suffi de deux articles dans la presse, en Italie et en France, sur le débat italien concernant le suicide assisté et l’euthanasie, pour qu’une publication annonce avec tambour et trompette un « tournant stratégique du Vatican sur la bioéthique ». Prenant acte de la distance de plus en plus grande entre les décisions publiques et ses positions éthiques, l’Eglise renoncerait enfin au dogmatisme moral pour faire enfin le choix du dialogue, et se rallierait en l’occurrence au suicide assisté pour éviter l’euthanasie.

Dès le lendemain cependant le Pape François, réaffirmait clairement : « il faut se garder de confondre [les soins palliatifs] avec des dérives inacceptables qui portent à tuer. Nous devons accompagner les personnes jusqu’à la mort, mais ne pas la provoquer ni favoriser aucune forme de suicide ». La déclaration L’espérance ne déçoit pas s’exprime de même : « La voie authentiquement humaine […] ne peut consister ni dans l’acharnement thérapeutique ni dans le recours à l’euthanasie : elle exige le respect et l’accompagnement attentif et bienveillant de chaque personne à tous les stades de son existence ». Je me permets de saluer sur ce point l’engagement particulièrement tonique et courageux de l’avocat blogueur Erwann Le Morhedec dans son dernier livre : Fin de vie en République : avant d’éteindre la lumière.

Il ne s’agit donc jamais pour l’Eglise, hier, aujourd’hui et demain, de choisir entre convictions éthiques et dialogue constructif. La conjonction entre dialogue et convictions, entre amour et vérité, est même la marque par excellence de l’engagement chrétien dans la cité. Dans des débats éthiques et politiques de plus en plus sensibles certes, nous avons à pousser le dialogue aussi loin que possible sans jamais renoncer à promouvoir l’authentique dignité de toute personne humaine, tout en encourageant les chrétiens à vivre effectivement des valeurs qu’ils s’attachent à promouvoir. N’en déplaise aux commentateurs et aux réseaux avides de bad buzz ou de scoops sulfureux, la stratégie de l’Eglise, c’est à jamais l’amour de la vérité et la vérité de l’amour.