Le Sermon de la mort en soutien à Notre-Dame de Paris

Deux représentations de soutien pour Notre-Dame de Paris.
Jeudis 16 et 23 mai à 20h30 à la cathédrale Sainte-Geneviève de Nanterre.


LE SERMON SUR LA MORT
Jacques-Bénigne Bossuet

AVANT-PROPOS

J’ai interprété ce sermon pour la toute première fois à la Cathédrale Sainte-Geneviève de Nanterre en novembre 1991. Ce fut alors un grand succès, mais j’étais loin d’imaginer que j’irais porter cette parole, les années qui suivirent, dans les plus belles églises et cathédrales de France, à Saint-Eustache, à Saint-Séverin, à Saint-Gervais-Saint-Protais, à La Trinité… à la Cathédrale de Dijon, de Metz, de Meaux… à la Métropole d’Avignon… et à Notre-Dame de Paris !

Aujourd’hui, Notre-Dame de Paris a été touchée, ravagée au cœur par cet effroyable incendie. Comme des milliers de femmes et d’hommes en France et à travers le monde croyants et non croyants, j’ai été abîmé, détruit, en assistant impuissant à l’embrasement de la charpente et à effondrement de la flèche, joyaux d’art et de transcendance. Je ne pensais pas vivre cela un jour… des milliers et des milliers d’heures de travail et de transmission des savoirs, qui disparaissaient inexorablement de mon regard et du regard du monde.

A ce moment, j’ai senti le besoin de revenir à Sainte-Geneviève, c’est-à-dire de là où j’étais parti, pour prononcer à nouveau ce sermon de Carême - même si nous venons de célébrer la Résurrection - , parce que je souhaite que nous puissions faire rejaillir de ses cendres Notre-Dame l’Éternelle.

LE SERMON SUR LA MORT
Prononcé au Carême du Louvre, le 22 mars 1662, devant le roi et la cour, il fait partie des chefs d’oeuvre de Bossuet sermonnaire.
Avec les sermons “du mauvais riche“, sur "la Providence", "l’Ambition", "la Passion" et “l’Enfer“..., il forme ce qu’il convient d’appeler “la Station“ du Carême du Louvre de 1662.
LE SERMON SUR LA MORT est un sermon de doctrine en deux points. On retrouve dans ce monument de l’art oratoire les grands traits d’un ouvrage que Bossuet rédigea à l’âge de 21 ans intitulé : Méditation sur la brièveté de la vie. Fruit d’une réflexion exemplaire, le grand prédicateur insistant sur la vanité, reproche à l’homme de ne jamais "se mesurer à son cercueil, qui seul le mesure au juste". La puissance du verbe et la beauté du style y sont au-dessus de tout éloge.

LIBRE PARTICIPATION
La participation est libre et la contribution de toutes celles et ceux qui viendront assister au sermon sera intégralement reversée à Notre-Dame de Paris par le truchement de la paroisse Sainte-Geneviève, que je remercie ici du fond du cœur.
Patrick SCHMITT