La joie de l'Evangile
dans les Hauts-de-Seine !

Le message de Mgr Rougé pour le carême


Dans son message pour le carême adressé aux fidèles du diocèse (voir lettre à télécharger ci-dessous), Mgr Rougé nous invite à préparer nos cœurs à célébrer la semaine sainte et à pavoiser le dimanche des Rameaux, de manière joyeuse et créative. Il nous encourage à rester imaginatif pour exprimer visiblement la joie immense de Pâques.

Alors que le confinement se poursuit, les propositions ne manquent pas pour vivre la fête des Rameaux autrement, mais en y mettant tout autant de cœur.

Voici quelques suggestions :

- Une bénédiction depuis le clocher : les chrétiens sont invités à se tenir tenir sur leurs balcons, dans leurs jardins ou leurs maisons pour recevoir cette bénédiction.
- Fleurir portes ou fenêtres en y attachant un bouquet de branchage ou des fleurs
- Une bénédiction de dessins
- Fabriquer des branches de palmiers en origami
- Installer des banderoles aux fenêtres


Chers frères et sœurs du diocèse de Nanterre,
chers amis des Hauts-de-Seine,

« Le voici maintenant le moment favorable, le voici maintenant le jour du
salut » (2 Corinthiens 6, 2). Voilà ce que proclame saint Paul dans un texte
que nous entendons chaque année au seuil du carême.
Une telle proclamation n’est-elle pas excessivement décalée par rapport à ce
que nous vivons aujourd’hui ? Voilà près d’un an que nos vies sont
compliquées par une crise sanitaire qui traîne en longueur, le couvre-feu bride
sévèrement la vie paroissiale, amicale, économique, sportive, culturelle, l’épée
de Damoclès d’un nouveau confinement ou d’une mutation inédite du
coronavirus ne cessent de nous menacer : à vues humaines, le temps présent
est tout sauf un moment favorable !

Je vous encourage cependant à écouter la proclamation de saint Paul dans
toute son extension : « Le voici maintenant le moment favorable, le voici
maintenant le jour du salut », c’est-à-dire de l’amour de Dieu qui vient nous
libérer de tout ce qui nous empêche de vivre en plénitude. L’inquiétude, le
découragement, la colère pèsent sur nos cœurs mais le carême nous invite à
dépasser ces attitudes négatives en menant avec le Christ le combat de
l’espérance persévérante.

Depuis un an, certains d’entre nous ont découvert ou redécouvert le bienfait
de la prière et du partage de la Parole de Dieu en couple, en famille, avec des
amis ou entre voisins : approfondissons ces expériences vivifiantes. La
générosité à laquelle nous convoque le carême ouvre le cœur à des horizons
plus vastes que nos incertitudes sanitaires immédiates. Le jeûne, qui met à
l’unisson le corps le cœur, peut nous délivrer de l’excessive numérisation de
nos existences et approfondir notre goût de l’eucharistie.

Nous ne savons pas encore exactement comment nous célèbrerons la
Semaine Sainte mais nous sommes sûrs que la lumière de la Résurrection
sera au rendez-vous. Les nombreux catéchumènes, jeunes et adultes,
solennellement appelés au baptême, ont besoin du témoignage de notre
fermeté dans la foi comme nous pouvons nous appuyer sur leur détermination
enthousiaste. L’an dernier, nous avons pavoisé le dimanche des Rameaux, de
manière joyeuse et créative : je vous encourage à persévérer dans ce
mouvement et à l’amplifier. Sans doute y a-t-il quelque chose à imaginer aussi
pour exprimer visiblement la joie immense de Pâques
.

Accompagnés, à l’initiative du Pape François, par saint Joseph, homme de
courage, de confiance et de simplicité, entrons résolument dans la grâce du
carême. Voici en vérité le temps favorable de notre salut !


+ Mgr Matthieu Rougé
Evêque de Nanterre


Lettre à télécharger ICI