Ordination de 4 diacres permanents


François Baudin (Nanterre Nord), Philippe Laplane (Saint-Saturnin / Antony), Bernardo d’Orey (Sainte-Cécile / Boulogne), Jean-Marie Warnan (Saint-Saturnin / Antony), seront ordonnés diacres permanents, par Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre, samedi 19 octobre 2019 à 15h en la cathédrale Sainte-Geneviève de Nanterre. Retrouvez ci-dessous une présentation de nos futures diacres.

La cérémonie sera retransmise en direct sur notre page Facebook.
Plan d’accès

François Baudin
55 ans, marié, quatre enfants, deux petits-enfants


« Qu’est-ce qu’un diacre pour moi ? »

Pour moi, un diacre est d’abord un don de Dieu à l’Eglise pour y être serviteur à l’image du Christ, venu non pour être servi mais pour servir. Le diacre incarne ce service que le peuple de Dieu est appelé à vivre, à l’exemple du Christ, auprès de tous, et en particulier auprès des plus démunis. Dans sa communauté, il a pour mission d’être attentif aux besoins et fragilités diverses, et de permettre à tous de devenir serviteur. Plus largement sa mission est d’interpeler sans cesse l’Eglise sur son engagement auprès des plus pauvres. Par sa vie professionnelle, familiale, à travers les missions qui lui sont confiées par son évêque, le diacre signifie que l’Eglise se veut proche de tous, attentive aux joies et aux peines des hommes et des femmes de ce temps. Le diacre se situe à l’articulation de l’Eglise et du monde … c’est un homme du seuil.
Il lui faut donc une vision binoculaire, avec un regard à la fois sur l’extérieur et sur l’intérieur. Voilà le serviteur que je demande au Seigneur d’être, et je Lui « rends grâce de nous avoir choisi pour servir en Sa présence ».

Philippe Laplane
55 ans, marié, quatre enfants


« Qu’est-ce qu’un diacre pour moi ? »

Des figures du Nouveau Testament me permettent d’approcher ce que peut être un diacre. Regardons tout d’abord ce qui arrive à Philippe dans les actes des apôtres. Il est choisi par les Apôtres pour le service des tables, leur permettant ainsi de rester assidus à la prière et au service de la Parole. Philippe se met sans doute au travail ; par ailleurs, il doit bénéficier de l’enseignement de la première communauté. Mais voici qu’il est envoyé par le Seigneur auprès des personnes du seuil : des samaritains et un éthiopien, et là il annonce la bonne nouvelle et baptise. Voilà ce que peut être un diacre : à la fois au cœur de la communauté avec tous les baptisés pour des tâches de service, et à la fois disponible pour être témoin de sa foi, pour transmettre l’Evangile du Christ.
J’aime aussi à penser que Jean-Baptiste est un beau modèle pour les diacres. Il est ouvert à ceux qui cherchent, il encourage à accueillir la nouveauté d’un Dieu qui vient à notre rencontre, il appelle à aplanir les chemins difficiles de la vie. Et en tout cela, il sait qu’il doit toujours s’effacer pour permettre la rencontre avec le Christ.

Bernardo d’Orey
51 ans, marié


« Qu’est-ce qu’un diacre pour moi ? »

Dans ce chemin de diaconat, l’image du serviteur inutile (Luc 17.7-10) me touche profondément ; la mission du diacre peut être accomplie quasiment par tout un chacun, c’est à la fois une invitation personnelle pour tout baptisé et une grâce reçue de Dieu pour un engagement auquel j’ai senti le besoin de répondre assez naturellement.
Cette évidence de mon inutilité fonctionnelle me libère, et elle laisse toute la place au Saint Esprit qui peut ainsi s’approprier cette mission, et faire de mon diaconat non une mission fonctionnelle mais une mission appelée à être signe. Un signe du Christ je l’espère, mais aussi, suite à ma consécration à la Vierge Marie, un signe du service auprès et pour la Mère de Dieu comme son diacre.
C’est aussi grâce à la prière des heures, une communion avec l’Église priante et vivante qui me porte au quotidien. Ainsi me voilà devant vous mes frères, avec ce désir d’être votre serviteur pour aller avec vous vers la sainteté.

Jean-Marie Warnan
57 ans, marié, un enfant


« Qu’est-ce qu’un diacre pour moi ? »

L’Eglise appelle le diacre à être signe de l’importance du service dans la vie de foi. Nous sommes tous appelés à être dans ce mouvement de don réciproque, qui est au cœur du service, et que Jésus signifie dans tous ses actes. Pour moi le diacre, qui reçoit et accepte cette mission de son évêque, est là pour rendre visible cette priorité pour l’Eglise. Je crois que le diacre doit développer une attention particulière vis à vis de toutes les pauvretés. C’est celui qui se tient à la porte, prêt à accueillir, et qui doit aller aux périphéries, attentif et à l’écoute de la vie de ceux qui l’entourent. Rien de cela ne serait possible sans la force de l’Esprit Saint. En ordonnant des hommes mariés comme diacres, l’Eglise donne à voir une diversité au sein du clergé, je pense que c’est une richesse.

Instrument de la communion dans la communauté Eglise et dans le monde, il cherche à être dans ce ministère signe de l’amour de Dieu pour tous. Le Christ nous le dit : Il ne nous appelle plus serviteurs mais amis.