† P. Bernard Cheveau (1943 - 2021)


Le Père Bernard Cheveau a été rappelé à Dieu le 12 février 2021
Ses obsèques ont été célébrées le jeudi 18 février à 14h30 à l’église de Doussard (Haute Savoie)

Le père Bernard Cheveau est né à Paris le 26 septembre 1943.

Il est ordonné prêtre le 29 juin 1968 en l’église du Coeur Immaculé de Marie à Suresnes.

Nommé vicaire dans la paroisse Saint-Joseph d’Asnières, il y restera 14 ans, assumant les fonctions d’aumônier de lycée pendant quelques années. En 1974, il fonde une association de prévention en direction des jeunes de la rue et de leurs familles, auprès de qui il s’investit sans compter.

En 1982, il est nommé vicaire dans la paroisse Notre-Dame-de-la-Miséricorde à Nanterre.

Il sera ensuite aumônier fédéral puis régional de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (J.O.C.)

En 1994, il retrouve Asnières et prend une année sabbatique avant de revenir comme responsable de la paroisse Notre-Dame de la Route, aumônier de l’ACO (Action Catholique Ouvrière) secteur Nord, puis en 2003 délégué diocésain à la Mission Ouvrière et aux quartiers populaires, et en 2005 doyen dans le doyenné d’Asnières.

En 2008, il prend sa retraite à Faverges, dans le diocèse d’Annecy, avec une mission d’aumônier diocésain de la délégation du Secours Catholique de Haute Savoie, et de prêtre auxiliaire. Il était toujours au service des autres et des plus démunis, guidé par sa foi inébranlable et sa mission auprès des plus humbles.

En suivant son parcours, on constate qu’il a consacré sa vie aux jeunes de milieux modestes, du monde ouvrier, et à leurs familles. Une paroissienne d’Asnières écrivait en 2009 « Cette église, petite par sa taille, est devenue grande, car il a su donner une vie intense à l’ACE, à la JOC, à l’ACO, et au MCR. Sa porte était ouverte à tous. Il n’hésitait pas, plusieurs fois dans l’année, à emmener des personnes à la montagne. L’aide aux devoirs, la recherche de stages, d’emplois, de logements, les démarches administratives, etc. ne lui laissaient aucun répit. Malgré ses lourdes responsabilités pastorales, il n’hésitait pas à sillonner, la nuit, les rues d’Asnières nord, afin d’être en contact permanent avec les jeunes. Les connaissant par leur prénom, il pouvait se permettre de les réprimander et d’éviter que beaucoup ne tombent dans la délinquance. Il s’insurgeait aussi contre toutes les injustices dont il était témoin. Ses jours de congé étaient souvent destinés aux visites de personnes emprisonnées, faisant de nombreux kilomètres pour les rencontrer. C’était sa façon à lui de vivre au quotidien l’Évangile »

Rendons grâce à Dieu pour tout le ministère que le père Bernard Cheveau a accompli au service de l’Eglise et confions-le à la miséricorde du Seigneur.

+ Mgr Matthieu Rougé, Évêque de Nanterre