La joie de l'Evangile
dans les Hauts-de-Seine !

Sortir de l’oecuménicosceptiscisme - 22/01/2021


En cette semaine de prière pour l’unité des chrétiens 2021, il est bon de faire mémoire de la grande encyclique œcuménique de Jean-Paul II, publiée en mai 1995, Ut unum sint, Qu’ils soient un. Le Pape François en a marqué les vingt-cinq ans en mai dernier. Ce texte novateur et audacieux n’a pas encore porté tous ses fruits. Il peut aujourd’hui nous arracher à « l’oecuménicosceptiscisme » ou à « l’oecuménicomorosité » qui semblent parfois l’emporter.

En voici la conclusion : « La puissance de l’Esprit de Dieu fait croître et édifie l’Eglise au long des siècles. L’Eglise demande à l’Esprit la grâce d’affermir son unité et de la faire progresser vers la pleine communion avec les autres chrétiens. Comment y parvenir ? En premier lieu, par la prière. La prière devrait toujours reprendre en elle l’inquiétude qui traduit une aspiration vers l’unité et qui est donc une des formes nécessaires de l’amour que nous portons au Christ et au Père riche en miséricorde |…]. Comment y parvenir ? Par l’action de grâce, parce que nous ne nous présentons pas les mains vides à ce rendez-vous : « L’Esprit vient au secours de notre faiblesse ; … lui-même intervient pour nous par des cris inexprimables » (Rm 8, 26) pour nous disposer à demander à Dieu ce dont nous avons besoin. Comment y parvenir ? Par l’espérance en l’Esprit qui sait éloigner de nous les spectres du passé et les souvenirs douloureux de la séparation ; il sait nous accorder lucidité, force et courage pour entreprendre les démarches nécessaires, en sorte que notre engagement soit toujours plus authentique. Et si nous devions nous demander si tout cela est possible, la réponse serait toujours : oui. La réponse même qu’entendit Marie de Nazareth : parce que rien n’est impossible à Dieu » (Ut unum sint, 102).

Le souffle de ce texte met en lumière que le véritable chemin de l’unité n’est pas la voie d’un l’accommodement de type politique entre confessions mais bien celle d’un attachement plus profond au Christ Seigneur et Sauveur et à la puissance vivifiante et unificatrice de son Esprit.