La joie de l'Evangile
dans les Hauts-de-Seine !

Une canonisation fédératrice - 20/05/2022


La décuple canonisation de dimanche dernier restera, pour ceux qui ont eu la grâce d’y participer place Saint-Pierre mais aussi pour toute l’Eglise, un des grands et beaux moments de cette année. Les pèlerins du diocèse de Nanterre et de notre collège Charles de Foucauld ne sont pas près de l’oublier.
Dix nouveaux saints ont été proclamés, parmi lesquels deux autres Français, Marie Rivier, fondatrice de congrégation en pleine tourmente révolutionnaire, et César de Bus, artisan au XVIème siècle de la mise en œuvre missionnaire du renouveau de la foi promu par le Concile de Trente.
Sont aussi particulièrement impressionnantes et suggestives les figures de Lazare Devasahayam, laïc indien, mort martyr en 1752, et du P. Titus Brandsma, carme néerlandais mort au camp de concentration de Dachau en 1942, engagé dans le journalisme, la mariologie, l’œcuménisme et la défense des juifs.
L’enthousiasme suscité par la personnalité de saint Charles de Foucauld m’a particulièrement touché et réjoui. Chaque fois que son nom a été mentionné durant la célébration, la place Saint-Pierre est entrée en effervescence, traversée par des acclamations et des applaudissements.
Manifestation de chauvinisme hagiographique ? Expression d’enthousiasme et de ferveur plutôt, pas exclusivement française d’ailleurs, liée à la force spirituelle du converti de Saint-Augustin, du retraitant de Clamart, du jardinier de Nazareth et de l’ermite de Tamanrasset.
Charles de Foucauld est apparu comme particulièrement fédérateur d’un catholicisme français si divers qu’il peut parfois sembler éclaté. Il parle aussi bien aux prêtres ouvriers retraités qu’aux jeunes apôtres de la nouvelle évangélisation, à ceux qui se sentent appelés à un apostolat de simple présence qu’à ceux qui se perçoivent invités à une audace missionnaire renforcée, à ceux dont la jeunesse a été chahutée voire douloureuse qu’à ceux qui ont découvert jeunes la puissance de l’eucharistie.
Que saint Charles de Foucauld, homme d’une fraternité universelle fondée sur l’eucharistie, nous stimule désormais sur le chemin de la communion et de la mission !