La joie de l'Evangile
dans les Hauts-de-Seine !

Rencontre avec Béatrice Abbo


"Transmettre la joie du chant"

Béatrice Abbo,
Vous êtes responsable de la Commission de Musique Liturgique du diocèse de Nanterre depuis septembre 2021, pouvez-vous nous dire en quelques mots quel a été votre parcours ?

-  Professionnellement, j’ai consacré ma carrière au monde des musées et du patrimoine, au sein du ministère de la Culture. En parallèle, depuis l’âge de 20 ans, je me suis engagée dans le secteur du chant choral et de la musique liturgique. J’ai eu l’opportunité de créer plusieurs chœurs liturgiques amateurs, et même des troupes d’opérettes (un répertoire que j’apprécie tout particulièrement).

Qu’est-ce qui vous anime ?
-  J’aime beaucoup cette phrase d’Edmond Rostand, qui illustre bien mon rapport au chant et la possibilité d’exprimer harmonieusement ses convictions :
« Je pense à la lumière et non pas à la gloire :
Chanter c’est ma façon de me battre et de croire.
 » (Chantecler)
Dans le cadre de la liturgie, le chant permet non seulement d’exprimer sa foi mais aussi de favoriser la prière et la louange de l’assemblée.Transmettre la joie du chant, la richesse du répertoire et montrer qu’il est abordable à tous est ma priorité.

Quel regard portez-vous sur la musique liturgique dans le diocèse de Nanterre ?
-  J’ai été impressionnée par la richesse de ce service, créé il y a une vingtaine d’années : le fond musical, l’équipe de musiciens qui la constitue, le nombre et la variété des formations proposées, les publications qui en émanent, comme le livret du chantre animateur, et tout le réseau de diffusion mis en place par mon prédécesseur Christophe Villemain.

Comment envisagez-vous votre rôle de responsable diocésaine ? Avez-vous des envies, des projets ?
-  J’aimerais valoriser le riche fonds de partitions (plus de 10 000) en lançant une opération de numérisation.
Je compte évidemment poursuivre et diversifier les formations, les rendant, lorsque c’est possible, accessibles en ligne.
Je sais aussi qu’on attend de nous une vraie mobilisation lors des célébrations diocésaines, en s’appuyant sur le chœur diocésain, et une dose de réactivité face à l’impromptu (chœurs éphémères ponctuels).
Il est important que toutes les générations et les divers types de répertoires trouvent leur place.