Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet

Homélie de Mgr Matthieu Rougé pour l’envoi des LME

Frères et sœurs vous qui allez être envoyés pour une nouvelle mission, peut-être avez-vous frémi en entendant la première lecture. « Il y a un temps pour se battre, il y a un temps pour jeter des pierres, il y a un temps pour gémir » Est-ce vers une mission impossible que vous êtes envoyés ? Comment comprendre ce passage de l’Ecclésiaste et sa présence dans notre liturgie ce soir ? Il y aurait beaucoup à dire sur ce texte, mais il me semble que ce texte décrit la variété des temps avant que vienne le Temps par excellence : celui dans lequel nous sommes entrés par la naissance, la mort et la résurrection de Jésus, le temps de vivre de l’évangile et de l’annoncer. La variété des attitudes de la première lecture annonce l’attitude par excellence qui donne sens à nos vies : l’accueil et le partage de l’évangile. N’ayez donc pas peur d’être envoyés pour une mission impossible. Soyez heureux parce que l’évangile nous est confié pour que nous ayons le bonheur de le partager.

***

Il y a trois questions dans l’évangile qui me semblent particulièrement précieuses pour chacun d’entre vous. Jésus dit : « au dire des foules qui suis-je ? », « et vous, que dites-vous ? », « Pour vous, qui suis-je ? »

1. Nous ne sommes pas rassemblés entre nous. Notre belle cathédrale est en réalité un petit foyer dans notre immense diocèse, dans cette ville si mélangée de Nanterre et dans notre si grand, si beau et si divers diocèse. Et le point de départ de notre prière, de notre réflexion ce soir, ce n’est pas nous mais les foules, les foules qui s’interrogent ou non sur Dieu, sur le sens de la vie. Avant de nous demander ce que nous avons à faire, Jésus nous invite à nous demander ce que les foules disent, ce que les foules pensent, ce que les foules cherchent. Ce qui nous réunit, c’est notre vocation à partager l’évangile le plus largement possible en particulier avec ceux qui ne le connaissent pas encore. Cette première question de Jésus vous aide à comprendre votre mission, quelle qu’elle soit, comme une mission pour l’évangélisation. Le mot mission, c’est le même mot que missionnaire et c’est non seulement l’envoi par l’évêque, mais c’est l’envoi vers ceux qui ne connaissent pas encore suffisamment le Christ, les foules.

2. La deuxième question : Jésus dit « et vous que dites-vous ? » Jésus nous interroge, vous interroge, sur le témoignage que vous allez donner. Qu’est-ce que vous voulez exprimer du Christ, de l’évangile, du bonheur de croire, auprès de ceux vers qui vous êtes envoyés ? Quel est le témoignage que vous êtes appelés à donner ? D’une manière ou d’une autre, toujours un témoignage au mystère de la mort et de la résurrection de Jésus qui est la source de notre espérance. La vie est traversée de questions, de souffrances, de peurs, de dureté. La mort et la résurrection du Christ manifeste qu’un chemin de vie est toujours possible, et c’est de cela que vous êtes appelés à être les témoins : l’espérance qui vient de la résurrection du Christ. Aux enfants enfermés dans l’échec scolaire ou dans des tourments familiaux, aux jeunes qui frappent à la porte de l’aumônerie alors que leurs familles sont très loin de la foi, aux malades traversant la souffrance, l’interrogation, les difficultés de la fin de vie, dans tous les domaines de votre mission, il y a à dire l’espérance qui vient du Christ ressuscité.

3. La troisième question va encore plus loin au fond de votre cœur à chacun. Il y a d’abord les foules à regarder, à écouter, à contempler. Il y a la nature de votre témoignage. Et puis il y a votre rapport intime avec Jésus. Pour vous qui est Jésus ? La question du témoignage et la question de la connaissance intime de Jésus vont de pair. Voilà pourquoi il est si important que chacun puisse vivre sa mission comme aussi un itinéraire spirituel, marqué par la prière, l’accompagnement pour pouvoir aller plus loin dans l’intimité avec le Christ. C’est de la connaissance personnelle de Jésus que jaillit la capacité à témoigner vraiment de lui. Chacun d’entre vous en est à un point différent de son histoire spirituelle et cela est très bien, mais l’important est que chacun tel qu’il est puisse cheminer avec le Christ. Et ce qui est merveilleux, vous avez déjà eu l’occasion sûrement de l’éprouver, c’est que plus on vit en témoin, plus on peut aussi progresser dans l’intimité avec le Seigneur. La mission fait grandir spirituellement pour peu qu’on ait le cœur attentif et ouvert. Et réciproquement, plus on grandit en véritable intimité avec le Christ, mieux on est capable de témoigner de lui.
Voilà, frères et sœurs, dans ce temps de l’évangile qui est le nôtre, les attitudes qui vous sont proposées par les questions de Jésus : attitude missionnaire, témoignage d’espérance et chemin d’intimité avec le Jésus.

***

Aujourd’hui, l’Église fête discrètement un certain nombre de saints, et en particulier les martyrs de Nagasaki au Japon, ville devenue encore plus célèbre depuis, par le drame de la première bombe atomique, coïncidence étonnante d’ailleurs. Vous savez que le mot martyr signifie témoin. Vous n’êtes pas, je vous rassure, appelés, on peut l‘imaginer en tous cas aujourd’hui, au martyr du sang, mais vous êtes tous appelés au témoignage. Les martyrs du Japon, à Nagasaki, étaient une assemblée de prêtres, de laïcs, il y avait même un enfant. Parmi ces martyrs, il y a le premier saint philippin qui était un missionnaire laïc. Je trouve que ce patronage est magnifique ce soir, pour que nous puissions être tous renouvelés dans notre vocation à être des témoins, que nous soyons prêtres, diacres, baptisés, consacrés. Je vois même que dans certains foyers d’accueil il y a de très jeunes missionnaires parmi nous ! Nous sommes tous appelés à être ensemble les témoins de l’évangile.

Béni soit le Seigneur pour ce temps dans lequel il nous donne de vivre pour témoigner de lui. Qu’il fasse de nous tous davantage des missionnaires, des hommes et des femmes d’espérance, des hommes et des femmes d’intimité avec lui qui veut nous sauver et sauver le monde entier.

+ Matthieu Rougé
Évêque de Nanterre


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site