Diocèse de Nanterre

newsletter
Notre diocèse
À la Une
Enfants / Jeunes
Prier et Célébrer
S’informer / Se former
Aimer et Servir
Contact Plan d'accès Recrutement Intranet
Accueil > À la Une > L’Église et le Pape > Synode sur la famille > Retour des consultations en paroisses

Saint-Stanislas-des-Blagis - Fontenay-aux-Roses

Quelques remarques sur les questions 41 à 44 des Extraits des Lineamenta (Synode sur la famille, 2014)

Message au Père Michel Aupetit, évêque de Nanterre, à Philippe Bordeyne, recteur de l’Institut catholique de Paris et au Père Hugues de Woillemont, vicaire général.

Je préfère dire clairement ce que je pense...

S’il est un domaine où il faudrait que l’Eglise se décide à ouvrir les yeux, c’est bien celui de la contraception (et sur deux questions qui vont avec : l’avortement et la démographie).
Contraception. La question 41 est emberlificotée. « Comment promouvoir le dialogue avec les sciences et les technologies biomédicales de façon à ce que soit respectée l’écologie humaine de l’engendrement ? » Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’est-ce que « l’écologie humaine de l’engendrement » ?
On sait tout le tort qu’a fait l’encyclique Humanae Vitae à l’Église catholique, au point que son discours en la matière est devenu totalement inaudible. C’est comme s’il n’existait pas.
Il est plus que temps de savoir dépasser Humanae Vitae : quels problèmes cela pose-t-il que les couples utilisent des méthodes contraceptives non naturelles ? Dans tous les domaines, c’est une des grandeurs des humains de ne pas être limités à des méthodes naturelles. L’Église accepte-t-elle ou non la contraception ? Il faut à ce sujet un discours clair et honnête.
L’interdiction (plus ou moins assumée : qui ose parler d’interdiction ?) de la contraception est un réel obstacle à une vie chrétienne normale. Ainsi pour la confession. Les couples vont continuer à utiliser des méthodes contraceptives, c’est évident. Comment pourraient-ils se confesser de ce grave "péché" en sachant pertinemment que le lendemain ils vont recommencer ? On choisit la solution la plus simple : ne plus se confesser. [NB : même analyse pour les diverses catégories de couples non mariés : la confession est devenue impossible. Cela concerne énormément de chrétiens ; dans ma paroisse, sans doute la moitié des pratiquants].

Mais il y a deux autres problèmes associés à la contraception, qui figurent aussi parmi les questions 41 à 44.
1. Comment l’Église combat-elle la plaie de l’avortement ? (Q44) Tout simplement, elle ne la combat pas ! Alors qu’un plaidoyer vigoureux pour la contraception serait la meilleure façon d’éviter une bonne part des avortements. Certainement pas tous, mais il y a peu de femmes qui acceptent l’avortement d’un coeur léger. La contraception ne doit plus relever du non-dit honteux. L’Église peut beaucoup à cet égard, pour toute la société, pour que la contraception soit utilisée largement, en plaidant pour la diffusion des méthodes, les recherches sur de nouvelles méthodes, la prise en charge pour les couples qui n’ont pas les moyens, etc.

2. La question 43 exprime : A-t-on conscience des graves conséquences des changements démographiques ? Sans le préciser, le texte veut dire : les graves conséquences d’une trop faible natalité. Alors que le vrai problème, c’est de parvenir à limiter la natalité mondiale.
Il serait dommage de limiter notre vision à l’Europe, où la natalité a peut-être trop diminué (mais cela lui permettra – ou l’obligera ?- d’accueillir des migrants de pays défavorisés, réfugiés climatiques par exemple). Mais si l’on regarde la planète, on voit que le maintien de la natalité actuelle conduit à 10 milliards d’humains en 2050 et 15 milliards de 2100. Les estimations assez sérieuses tablent sur 12 milliards en 2100, mais c’est en supposant que la contraception va se généraliser et que la transition démographique va se répandre presque partout.
Avec une scandaleuse hypocrisie, l’Église condamne la contraception mais elle compte sur le contrôle des naissances pratiqué dans de grands pays comme la Chine, et sur la transition démographique qui tend à se généraliser. Sans quoi les 20 milliards d’humains seraient rapidement dépassés, et il n’y a aucune raison pour que l’augmentation ne continue pas. Il ne faut pas se voiler la face, cela serait tout à fait insupportable. Combien de morts à attendre dans des luttes pour les terres cultivables, pour l’eau, et pour beaucoup de ressources (engrais, poissons, pétrole, etc.) dans un contexte où le réchauffement climatique va accroître les difficultés des pays du Sud ? Il est urgent que l’Église cesse son attitude hypocrite en la matière, et son discours moralisateur sur la « culture de la vie », qui n’a aucun sens, et sur la beauté de la famille (Une maternité/paternité généreuse... Q42. A partir de combien d’enfants est-on généreux ?).

Paul MATHIS

Extraits des Lineamenta (Synode sur la famille, 2014)
Questions pour la réception et l’approfondissement de Relatio Synodi

Questions 41 à 44

41. Quelles sont les initiatives les plus significatives qui ont été prises pour annoncer et promouvoir efficacement l’ouverture à la vie, ainsi que la beauté et la dignité humaine de devenir mère ou père, à la lumière par exemple de l’Encyclique Humanae Vitae du Bienheureux Paul VI ? Comment promouvoir le dialogue avec les sciences et les technologies biomédicales de façon à ce que soit respectée l’écologie humaine de l’engendrement ?

42. Une maternité/paternité généreuse a besoin de structures et d’instruments. La communauté chrétienne vit-elle une solidarité et une subsidiarité effective ? Comment ? Propose-t-elle aussi courageusement des solutions valides au niveau sociopolitique ? Comment encourager l’adoption et la garde des enfants comme signe très élevé d’une générosité féconde ? Comment faire en sorte que les enfants soient élevés avec attention et respect ?

43. Le chrétien vit la maternité/paternité comme réponse à une vocation. Dans la catéchèse, cette vocation est-elle suffisamment soulignée ? Quels parcours de formation sont proposés pour qu’elle guide effectivement les consciences des époux ? A-t-on conscience des graves conséquences des changements démographiques ?

44. Comment l’Église combat-elle la plaie de l’avortement en favorisant une culture de la vie qui soit efficace ?

Paul Mathis
mathis.paul chez orange.fr
Paroisse Saint-Stanislas-des-Blagis, à Fontenay-aux-Roses


Bandeau pied de page

Évêché de Nanterre
85 rue de Suresnes - 92022 Nanterre cedex - Tél: 01 41 38 12 30



Mentions légales Plan du site