Voter en conscience – 04.02.2022


Chaque vendredi, à 7h04, 10h27 et 19h39, sur Radio Notre Dame, Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre, relit à la lumière de l’Evangile les temps forts de l’actualité de la semaine.
Temps de lecture 2 minute de lecture

Permettez-moi de revenir encore sur L’espérance ne déçoit pas, la déclaration épiscopale en vue d’un débat et d’un discernement électoral profond et sérieux. Une tribune publiée récemment dans la presse dite confessionnelle prétend que les évêques y feraient l’éloge du vote blanc, ce qui est tout simplement faux. Il est vrai que cette tribune est truffée d’inexactitudes : l’éditorialiste n’a manifestement pas trouvé le temps de lire de près le texte commenté.

Dans le contexte d’une abstention de plus en plus importante, de scrutin en scrutin, d’un désintérêt de plus en plus large, nous disent les enquêtes d’opinion, pour le débat présidentiel lui-même, il nous a semblé urgent de rappeler vigoureusement l’importance de l’acte de voter. Celui-ci constitue pour chaque citoyen une responsabilité morale et, pour les catholiques, une expression significative de la participation, principe constitutif de la doctrine sociale de l’Eglise.

A chacun donc de discerner en conscience, à partir des principes essentiels de la doctrine sociale de l’Eglise (dignité de la personne humaine, bien commun, destination universelle des biens, subsidiarité, participation, solidarité), appliqués à la situation présente par notre déclaration. Il s’agit de se déterminer pour le meilleur possible, « sans illusion ni défaitisme », comme nous le disons en citant le Cardinal Vingt-Trois.

Il peut se faire qu’en conscience, quelqu’un pense impossible de choisir. Dans ce cas limite, il demeure important d’aller voter, pour ne céder ni à l’humeur, ni à la paresse, ni surtout au désengagement de la cité. La possibilité ultime du vote blanc fait droit à l’indispensable respect des consciences. Il est vrai que l’auteure de la tribune en question avait discuté il y a quelques années, de façon assez surprenante, la légitimité même de l’objection de conscience…

Préparons-nous donc à voter, à voter en conscience, en contribuant à un débat qui soit à la hauteur des enjeux. Que ne se laissent aller à la facilité des polémiques superficielles fondées sur des approximations ni les citoyens, ni les candidats…ni les commentateurs !

Dans votre diocèse

Evenements