«  N’oublions pas l’Arménie  » – 16.12.2022


Chaque vendredi, à 7h04, 10h27 et 19h39, sur Radio Notre Dame, Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre, relit à la lumière de l’Evangile les temps forts de l’actualité de la semaine.
Temps de lecture 2 minute de lecture

Le Pape François, vous l’avez sans doute entendu, recommande à tous ceux, à toutes les familles en particulier, qui prient et prieront devant la crèche en ce temps de l’Avent et de Noël d’intercéder en particulier pour les Ukrainiens. Tant de familles ukrainiennes sont en effet dans la situation qui était celle de la Sainte Famille à Bethléem, loin de chez eux, en souffrance en raison de la guerre et d’une occupation étrangère.
La gravité de la situation ukrainienne ne doit pas nous faire oublier d’autres pays aux prises avec la violence, l’injustice, la pauvreté et la guerre. Je pense en particulier à l’Arménie. Cette nation, chrétienne depuis la plus haute antiquité, marquée par les stigmates du génocide de 1915, connaît en réalité une situation analogue à celle de l’Ukraine.


Après des mois de combats dans le Haut Karabakh, un peu analogue au Donbass et à la Crimée pour l’Ukraine, c’est maintenant le cœur du pays qui commence d’être agressé militairement dans une relative indifférence, à la fois grave et choquante. Comment ne pas porter dans la prière, ces frères et sœurs dans la foi menacés par les balles, le froid et la peur d’un nouveau génocide ? Comment ne pas nous intéresser à eux, parler d’eux pour que la conscience internationale se réveille ?


« L’Europe a reconnu et encouragé le modèle démocratique mis en place en Arménie, qui est entourée par des régimes belliqueux et expansionnistes, écrivait récemment aux députés européens le Conseil de Coordination des Associations Arméniennes de France. […] Le peuple arménien, dans le Haut-Karabagh comme en Arménie, aspire à vivre en paix, dans un climat apaisé et des frontières stables. Ce pays [est] petit par sa taille mais grand par son histoire plurimillénaire. […] Pour préserver leur culture, leur patrimoine, les Arméniens ont résisté depuis des siècles, mais jusqu’à quand l’Arménie [pourra]-t-elle se maintenir […] ? Comme l’Ukraine, l’Arménie a besoin d’engagement fort et d’assistance pour sa survie ».
Alors que nous nous préparons à célébrer la naissance du « Prince de la paix », n’oublions aucun de ceux qui vivent intensément les tourments et les drames de la guerre !

Dans votre diocèse

Evenements