« Du cri du cœur à la voix des justes » – 18.11.2022


Chaque vendredi, à 7h04, 10h27 et 19h39, sur Radio Notre Dame, Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre, relit à la lumière de l’Evangile les temps forts de l’actualité de la semaine.
Temps de lecture 2 minute de lecture

Vous vous rappelez que l’été dernier, a été lue, dans les synagogues comme dans les églises, à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, la célèbre lettre pastorale du Cardinal Saliège du 23 août 1942. L’archevêque de Toulouse y déclarait avec force : « Il y a une morale chrétienne, il y a une morale humaine qui impose des devoirs et reconnaît des droits. (…) Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. (…) Ils sont nos frères comme tant d’autres. Un chrétien ne peut l’oublier ».

Cette lettre pastorale constitue un des actes fondateurs d’une résistance spirituelle et bien concrète de beaucoup de chrétiens contre la barbarie nazie. D’autres évêques, comme Mgr Pierre-Marie Théas, évêque de Montauban, futur évêque de Tarbes et Lourdes, ou le Cardinal Pierre Gerlier, archevêque de Lyon, ont emboîté le pas du Cardinal Saliège. Beaucoup de fidèles en ont été stimulés. Certains, en raison de leur contribution au sauvetage de familles juives, ont été – et sont encore parfois – déclarés « justes pami les nations ». Leurs noms sont conservés et honorés à l’Institut international pour la mémoire de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem.

Une remarquable exposition a été réalisée dans le contexte de l’anniversaire de la lettre pastorale de 1942 par le Service national des relations avec le judaïsme de la Conférence des évêques de France, en collaboration avec le Comité français pour Yad Vashem. On peut la découvrir notamment jusqu’au 18 novembre au soir à Notre-Dame de Pentecôte de la Défense. Elle circulera ensuite dans le diocèse de Nanterre et ailleurs en France. Ecoles, aumôneries, paroisses peuvent facilement demander à l’accueillir. Des « qr codes », donnant accès à la lecture de textes et de témoignages par de grands comédiens, en font un instrument pédagogique de premier ordre.

Le vernissage de cette exposition à la Défense, il y a quelques jours, avec en particulier le Rabbin Michaël Azoulay, a constitué un beau moment de mémoire et de fraternité. Les justes d’hier encouragent au respect et au service inconditionnel de la dignité humaine aujourd’hui. Comme le dit le Talmud, « qui sauve une vie sauve l’humanité entière ».

Dans votre diocèse

Evenements