Dossiers > A la une > L’Avent

L’Avent


L’Avent est un temps de préparation à Noël.
Temps de lecture 3 minute de lecture

L’Avent est un temps de préparation à Noël. Il invite à se préparer à revivre la naissance de Jésus et attendre son avènement.

Qu’est-ce que l’Avent ?

L’Avent est un temps d’attente, qui nous permet de…

  • revivre l’attente du peuple juif de la venue du messie et l’attente de la naissance de Jésus.
  • patienter jusqu’à l’avènement du Christ à la fin des temps.

Ainsi, l’Avent nous permet de nous identifier et de méditer sur les grandes figures témoins de l’attente de la venue du Christ :

  • Le prophète Isaïe, qui exprime l’espérance messianique et annonce la naissance de l’Emmanuel. Il incarne à la fois la préparation de Dieu et les désirs de l’humanité.
  • Jean-Baptiste, qui annonce la venue proche du messie et il invite à un baptême de conversion pour s’y préparer. Il est le précurseur. Dès son enfance, puis adulte, il désigne Jésus.
  • Marie, qui accepte d’être la mère du messie. Elle est le symbole de l’habitation de Dieu en nous.

L’Avent commence le quatrième dimanche avant le 25 décembre, donc, selon les années, entre le 27 novembre et le 3 décembre.

Que signifie le mot « Avent » ?

Ce mot vient du latin « adventus » qui signifie avènement.
À l’origine c’est un terme grec « parousia » employé dans l’Église des premiers siècles, traduit en latin par « adventus ».
On emploie ce mot en grec et en latin pour désigner la venue du Christ parmi les hommes à la fois pour l’avènement de sa naissance et son avènement glorieux à la fin des temps.

D’où vient l’Avent ?

Dès la fin du IVe siècle, à Ravenne, ville byzantine en Italie, en Gaule et en Espagne, il est de bon ton de se préparer aux fêtes de Noël, avec beaucoup d’ascèse.
En Gaule, par exemple, cette préparation se traduit par trois jours de jeûne par semaine.

À Rome, l’Avent apparaît plus tard, dans la seconde moitié du VIe siècle et devient alors une attente joyeuse de l’avènement du Seigneur, sans l’observance d’un jeûne.
C’est cette pratique romaine qui s’impose en France au VIIIe siècle.

Peut-on comparer l’Avent au Carême ?

Bien que l’Avent et le Carême soient deux périodes préparatoires à une grande fête, ils sont très différents.
Le Carême est à la fois un temps de préparation au baptême et un temps de repentance. Il est marqué par le jeûne, tandis que l’Avent est un temps d’espérance et une invitation à être vigilant.

Comment prier pendant l’Avent ?

Les prières de l’Avent expriment plusieurs attitudes spirituelles :

  • l’attente vigilante de la venue du Seigneur,
  • l’importance et la valeur de l’attente,
  • le désir de préparer le chemin de la venue du Christ,
  • la volonté d’annoncer une heureuse nouvelle et d’apporter à tous une lumière,
  • la demande au Seigneur d’ouvrir nos cœurs.

Au bout de la nuit,
il n’y a pas de nuit, mais l’aurore.
Au bout de l’hiver,
il n’y a pas d’hiver, mais le printemps.
Au bout de la mort,
il n’y a pas la mort, mais la vie.
Au bout du désespoir,
il n’y a pas le désespoir, mais l’Espérance.
Au bout de l’humanité,
il n’y a pas l’homme, mais l’Homme-Dieu.

Joseph Folliet.

Comment l’Avent prépare-t-il à Noël ?

En plus de la prière, l’Avent est une période pleine de traditions et de symboles qui permettent de méditer sur le mystère de l’incarnation et le don que Dieu fait aux hommes de son fils.